Ma Pire Déclaration D’Amour

Le soir du 22 décembre 2008, je rencontrais pour la première fois la personne que je croyais être la plus merveilleuse à mes yeux. On s’est connus sur internet. On s’était échangé quelques mots et j’étais tout de suite tombé sous son charme.

On avait décidé de se voir le même jour et on s’était donné rendez-vous au «Galaxie Sherbrooke» pour voir un film ensemble. J’étais à la fois excité et angoissé. Je m’étais donné un mal de chien pour me faire une beauté, être parfait, nickel! 4 heures de temps pour prendre ma douche et m’habiller… Il ne fallait surtout pas décevoir!

Je ne me rappelle plus trop du titre du film, mais c’était de la science-fiction. C’était bien. Après le cinéma, on a pris un thé ensemble chez elle. On a discuté pendant longtemps de nos projets, de nos études, etc. Elle m’a couvert de compliments et, bien sûr, cela m’a tellement plu que je me voyais déjà en couple avec elle…

Alors, à un certain moment durant la soirée, je dis:

«Je t’aime beaucoup et…je suis amoureux de toi.»

D’un regard étonné ou inquiet, elle me pose la question:

«Pourquoi ?»

BING ! Je suis resté bouche bée, ne sachant pas quoi répondre… Grave !

Pour un premier rendez-vous, je me suis montré SUPER- attachant: comme une ventouse. J’étais très angoissé à l’idée de rentrer chez moi. Je ne voulais plus la quitter ! À plusieurs reprises, elle a voulu me déposer chez moi parce qu’il se faisait tard, mais je ne voulais pas. Comme réponse, je disais:

«Ah ! j’en n’ai pas envie!!! Je suis bien avec toi…»

À un moment donné, elle en a eu assez:

«Bon ! Henri-Joël, maintenant, il est temps que
chacun se consacre à ses occupations.
Je te ramène chez toi. »

J’ai interprété cela comme un rejet. Une fois chez moi, je me suis enfermé dans ma chambre et j’ai pleuré toute la nuit. Je me suis senti nul et pas aimé. J’étais envahi par un sentiment de culpabilité. Je me suis vu comme un emmerdeur, quelqu’un de vraiment chiant, quelqu’un avec qui personne ne veut être. C’était pire le lendemain. Je m’attendais à ce qu’elle me téléphone…mais rien !

Ainsi va la vie d’un dépendant affectif…

Pour toutes les relations que j’avais eues à cette période de ma vie, je fonctionnais comme un enfant. Je ne prenais jamais de décisions, et proposais rarement des activités. C’est l’autre qui planifiait tout. De façon caricaturale, l’autre était comme la femme qui conduisait la voiture, et moi, l’enfant qui se tenait tout tranquille dans le siège arrière.

L’autonomie affective m’a rendu plus mûr.
Aujourd’hui, avec l’autonomie affective, je sais qu’une relation avec cette personne n’allait jamais fonctionner. Jamais, au grand jamais ! Sur plusieurs points, on était à l’opposé l’un de l’autre. Et je peux répondre à son «Pourquoi ?»:

«Parce que J’AI BESOIN DE TOI»

Ce n’était donc pas de l’Amour que je ressentais, mais un besoin: je pensais que c’était la personne dont j’avais besoin pour être heureux…alors que cette personne, c’est bien moi.

La personne numéro UN dont vous avez besoin pour être heureux, c’est VOUS. L’Amour des autres ne doit être qu’un PLUS et non LA CHOSE qui va faire de vous une personne heureuse.

Maintenant que je suis une personne affectivement autonome, j’ai cessé de fonctionner comme un enfant. Maintenant, je suis un grand garçon ! Mon secret: chasser la dépendance affective de ma vie.

Alors…

…je bénis le jour où j’ai décidé
de transformer ma vie affective.

L’autre jour, couché sur mon lit, les yeux ouverts, j’ai repensé à ce jour du mois d’août 2009, où j’ai constaté l’ancrage total de l’autonomie affective dans mes façons de faire et ma manière de penser, et j’étais heureux. Je veux désormais par mes pensées, mes réflexions, mes mots, mes phrases, aider les autres. Ce blog est vraiment une façon pour moi de le faire.

2 réflexions au sujet de « Ma Pire Déclaration D’Amour »

  1. C’est ça… c’est exactement moi…tout ce que je lis ici, c’est MA réalité. Je suis tellement fatiguée, tellement épuisée d’investir de l’énergie sur des relations qui ne fonctionnent pas.

    Voilà mon problème

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *