Dépendance Affective: 9 Trucs Pour S’en Sortir

Bonjour à tous !

Si vous souhaitez vivre de façon affectivement autonome et avoir plus de bonheur dans votre vie, regardez cette vidéo comme si vous regardiez votre émission ou film préféré…

‘Un voyage de mille lieues commence toujours par un petit pas.’
(Lao Tseu)

Lisez également:

154 thoughts on “Dépendance Affective: 9 Trucs Pour S’en Sortir”

  1. cela decrit tout a fait ce qu est la dependance affective je me retouve particulierement dans la premiere description de la personne qui donne tout le temps plus mais qui ne recois rien ou peu en retour. merci

  2. Franchement, je trouve le livre très interessant. Et suis reconnaissante á Henri pour les quelques les 9 procédés; car, souvent je suis incapable d´exprimer mes besions. Ce qui d´ailleurs, me met souvent dans bien des situations inconfortables. Question de ne pas déplaire aux autres.

  3. Pour ma part je viens seulement de réaliser que tous mes troubles, mes angoisses et mes peurs, proviennent essentiellement d’un fonctionnement erroné de dépendance affective.
    A force de chercher l’amour inconditionnel, je me suis en fait soumise sans cesse au bon vouloir des autres, sans même plus savoir vraiment ce que je veux. Sans parler de cette difficulté énoooorme de rompre avec des relations qui ne me conviennent plus… c’est comme si j’avais tort de choisir ce qui est mieux pour moi, tout le temps !
    Bref, je suis bien décidée à travailler tout çà, et je remercie vivement H. Joël pour son livre audio que je vais sûrement re-écouter plusieurs fois pour analyser mon processus de guérison possible.
    Merci aussi aux lecteurs pour vos témoignages ! Marie

  4. Bonjour.Je ‘appelle Sony.Je suis une femme mariée et mère de deux enfants.J’ai trouvé l’article trés intéressant.J’avais l’impression que ça parle de moi.Ma dépendance à moi est surtout vis à vis de mon mari et de mes amies.J’ai toujours peur de ne pas plaire.Vous m’aidez beaucoup et je comptes m’en sortir cette fois.

  5. j’ai bien aimé je me voyais tellement dans cela mais maintenant j’ai besoin des exercises pour mieux vivre

    je suis une femme d’action alors jattend des trucs maintenant

  6. Henri-Joël, je tiens à vous remercier pour « Vos 9 procédés secrets pour accroître l’autonomie affective ». Ils m’ont fait prendre conscience que je souffre de dépendance affective car je reçois beaucoup plus que je ne donne. Ma disposition d’esprit actuelle a attiré un compagnon fou amoureux de moi qui donne en s’oubliant et sans compter. Nous vivons une relation de dépendance affective qui ne me plaît pas. Je l’en aviserai et nous chercherons ensemble un moyen d’en sortir à tout prix. Vous m’avez aussi éclairée sur l’énorme différence entre dépendance affective et responsabilité affective. J’attends « votre 10ème procédé secret… ». Encore Mille Mercis. Nathalie.

  7. Bonjour,
    j’ai sû il y a 1 an 1/2 que j’étais dépendante affective et je vois une thérapeute depuis ce jour…ce que vous dites dans votre reportage est tout à fait exacte. C’est comme ca que se sens un dépendant affectif et vos trucs pour surmonter cette dépendance sont super mais ca prends du temps. J’ai 29 ans et j’ai déjà un lourd bagage à porter j’ai eue beaucoup de nettoyage à faire et j’en fait encore imaginer une personne plus âgée. Mais il n’est jamais trop tard lorsqu’on décide de prendre sa vie en main et de vouloir cessez de souffrir. Je vous remercie pour ce documentaire que vous avez fait car même après 1 an 1/2 de travail sur moi, il y a des jours plus difficile que d’autres et dans mon cheminement, vos paroles m’aide immédiatement à retrouver mon droit chemin. Merci

  8. Je vous remercie de ce beau cadeau qui explique et résume bien cette problématique. Je vais la partager avec plusieurs personnes qui vont se reconnaître. Encore Merci

  9. j’ai beaucoup de difficulte a vivre avec moi meme car les émotions sont tres dur
    j’aime un homme et cela fait 3 ans que je vis l’enfer car il a la maladie de l’alcoolisme je ne pense qu’a lui et non a moi comme faire pour vivre mes émotions de la soliture sans peur craite et cupalbilite

  10. Bonjour,

    Ce livre est remarquable de vérités, étant dépendante affective, je m’y retrouve à toute les pages malheureusement! C’est très difficile de s’octroyer une place dans sa propre vie ! Merci pour l’aide que ce livre ma apporté.

  11. Bonjour, Travail de fond, très bien réalisé par Henri-Joelle, Très bien documenté.Des clés pratiques et des exercices opérationnels qui permettent un résultat probant. Le site internet est d’une très bonne ergonomie. J’ai beaucoup apprécié, notamment, le méthode de relaxation méditation de Coué. Henri Joelle fait un travail tout à fait exemplaire. Merci Beaucoup. Je ne suis pas dépendante affective, mais l’ai été il y quelques années. Je suis rentrée en amitié avec moi même et conseil vraiment de ne pas hésiter de faire un travail personnel, il existe beaucoup d’outils, d’ouvrage, et Henri Joelle nous permet en autre un accès à une vrai boite à outils bien pratique. Très belle vie à tous! N’oubliez jamais que vous êtes des personnes formidables.

    See you later
    Shen

  12. Merci beaucoup Henri-Joël,
    Votre livre « Mes 9 procédés secrets pour accroître l’autonomie affective » m’a été d’une très grande utilité. Je l’ai lu et écouté au moins 10 fois et je vous remercie pour l’aide que vous m’apportez. Je me sens mieux grâce à vous. Merci aussi pour tous les autres vidéos que vous avez réalisés. Vous avez fait un travail énorme et oui ça aide vraiment, je vous suis très reconnaissant.
    Merci,
    Jean-Marc

  13. Bonjour Henri-Joël! Merci pour votre livre, il a été d’une grande utilité pour reconnaître ce problème qui m’affecte tant. Merci de consacrer tout ce temps à aider des tonnes de gens! Bonne continuation!

    P-M

  14. Ton livre des neuf secrets m’a vraiment aidée. Il a même été une véritable révélation. Il est arrivé juste au moment où j’étais en train de débuter ma enième expérience de dépendance affective et j’ai pu mettre des mots sur ce que je ressentais et le comportement que j’avais PENDANT que ça se passait. Du coup d’un seul coup d’un seul, j’ai compris, déculpabilisé (enfin!) et changé d’attitude. Je peux te dire que ça change tout !!!! Depuis, j’ai fait du chemin avec des hauts et des bas, mais globalement je souffre beaucoup moins, je me découvre et je m’aime enfin! J’ai pu ainsi mettre fin très vite à une relation insatisfaisante à laquelle je me serais probablement accrochée sans cette lecture (comme je l’avais toujours fait à mon détriment auparavant). Pour moi ces progrès sont comme une seconde naissance qui m’est offerte, avec la certitude que très bientôt, je vais être en capacité de faire les bons choix. Merci beaucoup.

  15. Bonjour Henri-Joel, merci beaucoup pour ton livre cela m’a permis de mettre les doigts sur mes problèmes et je viens de m’en rendre compte que je suis une dépendante affective. Je vais essayer de changer tout ça et aussi chercher à me faire aider parce que je ne sais pas si je vais y arriver seule.
    J’écouterai le plus souvent possible ce audio que je puisse avancer un peu toute seule.

    Merci beaucoup
    Marie.S

  16. Bonjour, Henri-Joel, je me suis reconnue à chaque phrase de ton livre.C’est comme un écho de mes sentiments, de mes actions. Je suis prête à beaucoup de choses pour quelques miettes d’amour, parfois j’ai des éclairs de lucidité et je m’en veux de m’être une fois de plus laisser abuser, et puis c’est comme si je ne tirais aucune leçon de ces expériences malheureuses.
    J’oublie ce qui s’est passé et je recommence à tout faire pour les autres, même pas pour qu’ils m’aiment mais parfois juste pour ne pas être rejetée!

    Parfois je me rends bien compte que j’en suis pathétique!

    Ton livre cher Henri-Joel me donne des outils pour me sortir de là, c’est l’un des meilleurs que j’ai lu car évidemment je croule sous les livres de développement personnel, et je me fais aider par un thérapeute, mais j’avance lentement, je trouve.
    Je viens de me faire « larguer » par un homme que je croyais amoureux de moi et qui en fait m’a jetée poliment aprés utilisation.
    Comme d’habitude, je tombe de haut.
    Jusqu’où irais je pour comprendre ?
    Et sutout pour changer de comportement ?
    En tout les cas, merci pour ton aide.

  17. @ Cathy: Il faut que vous appreniez à contrôler vos émotions, à prendre du recul quand vous faites une rencontre pour ne plus vous emballer au quart de tour. Vous aurez ainsi beaucoup moins de déceptions et plus de chances de rencontrer celui avec qui ça marchera.

    La dépendance affective fausse toujours tout en relation. On s’accroche à une personne qu’on connaît à peine parce qu’il nous dit des choses qu’on a envie d’entendre. On se sent donc aimé et on croit aimer l’autre mais c’est finalement pour se rendre compte que ce n’est que de la poudre aux yeux…

  18. Je travaille depuis plus d’un an sur cette notion de dépendance affective que j’ai très longtemps assimilée à l’amour, la passion, la bipolarité…..j’ai enfin les idées claires et ces deux outils proposés résument bien l’état de ma réflexion. La question de la prise de conscience individuelle est toutefois essentielle si l’on veut engager une démarche qui modifie effectivement la relation à l’autre. Je conseille de travailler en parallèle sur la notion de responsabilité/attraction/création. Je pense que l’ebook pourrait être complété d’autres outils permettant de reconnaître et maîtriser ses émotions.

  19. whaou …! je suis en plein dedans , mais ça me vaux encore une séparation,snif…! c’est très dur pour moi car ce concept me tombe sous la main un peu tard, car le mal est fait…!( jalousie,peur de ne plus ètre aimé,culpabilité,etc…)le pire dans tout ça, c’est que j’étais conscient de mon état, mais pas de méthode pour faire un « reset ». merci pour tous ces conseils, mais j’ai un tuyau pour ceux qui veulent vraiment changer leur vie, c’est vraiment époustouflant je l’ai découvert par hazard, juste avant de decouvrir que j’étais également hyper dépendant affectif et ce depuis des années..! cette methode dont je fais la pub, ne me rapporte rien mais je vous assure allez telecharger l’e-book en faisant une recherche sur bruno l’allement et je vous en conjure, c’est vraiment d’une simplicité hors du commun et mème des fois un peu drole , et c’est tellement évident..! à vous de voir..?

  20. Merci pour votre excellent travail, pourquoi? parce que ce n’est que du Vécu. C’est un message d’espoir. Si vous vous en êtes sorti, d’autres aussi le pourront. Il me semble que nous soyons tous des dépendants affectifs dès la sortie du ventre de maman, et que nous recherchons notre paradis perdu…et que nous le remplaçons par un paradis artificiel. Notre manque est spirituel, qui sommes-nous vraiment? A la recherche de notre graal, la quête de sens.

  21. Votre livre-audio est une merveille! Elle a permis grandement de comprendre des choses qui se passaient et m’aident en ce moment à cheminer. C’est selon moi un livre que tout le monde devrait lire au moins une fois vu que la dépendance affective touche beaucoup de personne étant donné qu’elle se trouve partout (par exemple dans beaucoup de films).

    Un gros bravo encore une fois!

  22. Bon matin Henri-Joël,

    j’apprécie grandement ton livre audio, ça m’a beaucoup fait réfléchir et je suis convaincue que ce 26 mins et 17 secondes d’écoute va m’aider pour les prochains jours à venir. Hier matin, je cherchais sur le net des informations sur le sujet…et selon moi, ce n’était pas un hasard d’être tomber sur ton site, tes vidéos et tes conseils! Dans la vie, il n’y rien qui arrive pour rien…alors je crois que c’est positif! Je t’en remercie de partager tes idées, tes opinions et ton vécu. Depuis hier, je pense avoir écouter tes chroniques 3 à 5 fois ou même plus, quand l’angoisse refait surface et que la peur prend le contrôle, je le réécoute. Tu as raison…pour passé au travers, il faut le vouloir…mais je pense pour y arriver, nous avons tous besoin d’une personne qui nous éclaire les yeux, comme tu l’as fait.

    Un grand merci!

    Kelly

  23. J’ai beaucoup aimé tes 9 secrets afin d’atteindre l’autonomie affective ! Tout en simplicité et en efficacité. Je compte les appliquer pour m’améliorer le plus rapidement possible ^^

    Je te félicite et te remercie,

    fred

  24. Ouvrage succinct et très intéressant, qui m’a aidé à soulager ma peine. Je suis content d’avoir plus particulièrement découvert l’existence de 2 types de dépendance affective. J’espère infiniment que celle qui vient de me quitter acceptera de lire le chapitre traitant ce sujet et que nous pourrons ensemble réduire notre dépendance affective.
    Vraiment un ouvrage à lire.

  25. je me reconnais parfaitement dans cette description!J’i

    j’ai pris conscience grâce à ce livre que je n’étais pas seule à avoir ce problème!il me redonne espoir!

    Du coup, j’ai un fort désir de m’en sortir, et j’ai mis en pratique le jour même vos conseils , j’espère que cela me sera bénéfique

  26. Bonjour,

    cette vidéo est super et m’a beaucoup apporté. Il reste toutefois à faire un travail quotidien et ne pas retomber dans les même trvaers sur le long terme.
    j’aimerais mettre un groupe de sotien sur pied et travailler en individuel également, auriez-vous quelques conseils et idées à me donner?

    Merci pour votre réponse et bravo de partager votre expérience.

  27. Ce livre, assez court, va droit au but, et explique très bien les choses (elle est finie la culpabilité sans raison, par exemple).
    Et il m’a permis de mieux comprendre mon comportement, qui s’est déjà amélioré sur le plan professionnel (et sur le plan personnel, ça devrait être de même).

    Un gros MERCI

  28. Bonjour Henri, Je trouve ton livre très intéressant, je m’y retrouve en quelque part surement a 80 pour cent !!

    J’ai choisi comme exercice de le lire une fois a tout les jours, j’en susi a mon troisième, cela ne prend que peut de mon temp et c’est un moment de ma journée qui me relaxe beaucoup tout en m’apportant du positif pour un avenir meulleur !!!

    Merci.

  29. Bonjour Henri-Joël,

    J’ai terminé une thérapie récemment et je trouve difficile d’appliquer tous ces beaux principes dans la vie de tous les jours. Votre essaie m’inspire en ce sens que je m’y retrouve, en fait, c’est un peu comme s’il avait été écrit à mon intention et quand on se reconnaît à ce point on réalise qu’on est pas seul et ça aide à vouloir s’en sortir. Une fois lu, le gros du travail est à faire car on a les outils, il faut juste trouver la force de l’entreprendre. Votre ouvrage sera mon livre de chevet pour quelques temps. C’est difficile de rediriger une ligne de conduite qui est nôtre depuis si longtemps. Je n’ai jamais su et appris à vivre autrement. Je dois me déconditionner et me reprogrammer de A à Z et il y a des jours ou même si j’ai toute la volonté du monde, le naturel revient au galop! Mais ej veux atteindre cette qualité de vie alors je vais me donner droit à l’erreur et vous lire et relire!

    Merci.

  30. Bonjour Henri-Joel, j’en suis a mon deuxieme commentaire, je li mon livre encore tout les jours, ca fait maitenant 6 jours, et je monte d’un échelon de jour en jour…

    Je suis bien heureux de recevoir de vos nouvelles sur une base réguliere, il y a toujours de bon et nouveau commentaire, c’est très apprécier,, mais t’en fait , cela ne deviendra pas une nouvelle dépendance pour moi !!

    J’aime bien revenir sur cette page de commentaire et lire tout ceux des autres, je me nourrie en lisant les autres, sans rien ne leur enlever …

    Meme si c’est déconseillé de faire face a des nous-memes, j’le prend un peu comme un genre de théraphie, et ca vait du bien !!

    D’autant plus qu’il y a de nouveau commentaires presque a tout les jours, et il sonts très intéresant et motivent…

    Je me sent bien encadré, cela ne fait que 2 mois que je me suis débarassé de la personne (MANIPULTATEUR ET PREVERS NARCISSIQUE).

    Ton ouvrage m’aide beaucoup, en si peut de temp, je me sent revivre, me retrouver moi-meme, reprendre le controle et n’écouter d’abord que la personne que je regarde dans le mirroir tout les matins.

    Ce babillard de commentaire est très intéressant,

    Il faut foncer, nous somment tous ici sur le meme voilier, et il faut se se serrer les coudes ensemble pour parvenir tout en haut du mat !!!!

    Encore un gros MERCI, tu fait maintenant parti de mon quotidien, et j’ens suis bien heureux…………….

    A la prochaine, bonne chance a tout lMonde———————–, maudus qu’on l’mérite !!!

    Normand LAROUCHE

  31. Tout d abord un grand merci pour ce livre que vous avez crée, c est formidable que l on pense à nous les dépendants affectifs!
    J étais dans l enfer il y a encore trois mois, à présent je pense que le bon chemin s ouvre à moi…..Ilvaut mieux suivre le bon chemin en boitant que le mauvais d un pas ferme……..St Augustin.Merci encore Isabelle

  32. bonjour
    je me suis totalement reconnue dans cette vidéo….je vous ai ecouté avec attention….malheureusement pr l’instant, j’ai du mal encore à mettre tout ça en pratique, je ne sais pas vraiment comment faire d’ailleurs pour m’en sortir.
    la personne avec qui j’étais m’a promis monts et merveilles, je l’ai cru, je l’aimais (et l’aime encore) et je souffre le martyr car il m’a quitté brutalement en invoquant des raisons qui me semblent totalement fausses.

    je souffre horriblement et je ne sais comment faire pour aller mieux. je suis persuadée aucun homme ne m’aimera à ma juste valeur. j’ai essuyé bcp d’échecs et je n’avais pas besoin de celui là….

    je cherche mon « autre » désespérement car je veux refaire ma vie, 7 ans que je suis seule, je ne le supporte plus…. et là j’ai cru que c’était le bon, car il a eu les bonnes paroles pour m’amadouer apparemment.
    je vais bcp sur les sites sur la dépendance affective pour essayer de trouver des solutions. j’ai presque envie de vous appeler à l’aide…c urgent…
    un grand merci.isa

  33. bonjour
    merci pour cette aide que vous apportez;surtout si elle désinteressée c est encore plus respectable, voilà un bon moment que je cherche ,à me documenter sur la dépendance affective, dont je pense être victime. Vos remarques sont pertinentes et semblent justes mais ne m’ont rien apportées de plus. En fait je suis a la recherche de quelque chose de concret à travers un groupe de parole par exemple, j’habite en Irlande si vous en connaissez ou si vous avez d’autres conseils comme vous me l’avez mentionné dans votre dernier mail, je suis preneuse;;;
    MERCI et félicitation pour votre guérison
    rose

  34. je viens de lire le livre et trouve exactement ce qu’il faut pour démarrer une remise en question et surtout cela va m’aider j’espère à voir la réalitée face à un amour qui est devenu impossible mais à la quelle je m’accroche encore .merci

  35. @ isabelle: Vous commencerez à ressentir la nette amélioration lorsque vous commencerez à favoriser l’expression de votre puissance intérieure. C’est à dire, travailler votre confiance en vous et votre estime de vous-même.
    S’il vous arrive d’être trop triste lorsque vous êtes seule, d’avoir une mauvaise image de vous-même, de penser que personne ne vous aimera à votre juste valeur, de trop souffrir lorsque vous vous engagez dans une relation, de tomber trop souvent sur des personnes qui ne vous conviennent pas, etc… tout cela ne vous arrivera plus jamais lorsque vous détiendrez une bonne estime de vous-même et une bonne confiance en vous. Fini, disparu, parti !

    @ tout le monde: Prenez le fait de vouloir passer en mode autonomie affective comme un jeu, quelque chose de vraiment intéressant. Un jeu dont vous avez la certitude que vous sortirez gagnant. Petit à petit, vous avancez, vous avancez… Quelque fois des obstacles peuvent surgir mais ce n’est pas grave vous les surmontez rapidement et facilement. Vous poursuivez jusqu’à atteindre votre final objectif et là vous serez drôlement fier de vous ! Waaaww…

  36. Merci beaucoup!

    Je suis en couple depuis 27 ans maintenant avec mon mari. Nous étions un couple sans problèmes et notre bonheur était envié de tous parce que nous étions vraiment amoureux.
    Puis…Bang!!! Suite à un burnout (dépression) mon mari a tout remis en question sans que je vois venir les choses. Nous avons été séparé 8 mois, période durant laquelle il devait se retrouver et se soigner. Période aussi où j’ai souffert le martyr!!!
    Nous sommes à nouveau ensemble mais certaines choses ont changé et je trouve cela très difficile parce que je me rend compte aujourd’hui que je suis une grande dépendante affective… je ne le savais pas avant.
    Je vais essayer de mettre ces conseils en pratique. Encore merci.

  37. Bonjour,

    J’ai bien lu votre livre, je ne me reconnais pas à 100% dans tout, mais certains éléments m’ont interpellé (comme la culpabilité, qui est trop présente chez moi).
    Je veux pouvoir trouver cette autonomie affective dont vous parlez, ne pas dépendre des autres.
    L’estime de soi et la confiance me manquent actuellement, comment les développer?

    Merci en tout cas pour ce livre, je vais d’ailleurs aller relire les 9 points de ce pas

  38. J’ai beaucoup aimé, relu et revisionné votre topo plusieurs fois depuis que découvert, il y a 2 jours à peine Je vais (essayer de) mettre en pratique. C’est très difficile ( de par ma génétique, mon enfance, et ma formation/expertise de travail ) de penser d’abord à me plaire . Je vais devoir « déprogrammer » tout un paquet de comportements et « rebâtir ».
    Toute ma vie s’est déroulée comme si j’avais été aveugle à propos de moi, d’abord, dans mon enfance et mon adolescence ( compètement tarée d’amour, seulement une supervision des besoins ), n’ayant d’yeux que pour mes parents ( puis mes professeurs ) ( qui m’obligeaient à performer, plaire «=être une belle image et toujours le premier de classe », heureux ou pas), puis d’yeux que pour ma femme, mes enfants ( maintenant mes petits-enfants en plus ), mes pseudo-amis ( le plus souvent des gens après qui je « courais » pour être aimé, mais qui n’avaient rien à foutre de moi, de simples connaissances quoi ), mes voisins, et mes collègues de travail.
    Un peu décourageant quand même de réaliser tout ça à 64 ans, surtout quand on est un homme de petite taille, chauve et pas riche ($). C’est comme si je pensais qu’il y avait plus de chance de réussir à être accepté comme « recrue » dans l’Armée que de réussir à me prendre en mains! Pourtant, je suis très intelligent, beau à l’intérieur, bien proportionné à l’extérieur, surtout survivant après de sérieux problèmes de santé.
    Par contre, je me demande souvent aussi si je n’aurais pas été plus heureux comme clochard, que ce que j’ai été, c’est-à-dire du paraîre, des services aux autres, et un géniteur de très beaux enfants, physiquement, mais ayant souffert d’un milieu familial dysfonctionnel..avec dépression dans la trentaine!
    Tout dernièrement, ma conjointe de 40 ans de vie commune, m’a quitté…je ne pouvais plus lui assurer le même niveau de soutien financier et de « services » de tout acabit, à une période où j’étais traité pour dépression majeure, et opéré pour cancer. En réalité, son départ aura été un très grand soulagement ( je n’aurais jamais été capable de prendre, le premier, la décision de nous séparer )…évidemment que j’aurais été fort malheureux à la retraite, avec elle, ayant perdu toute affinité ( s’il y en avait eu de réelle avant?).
    Je ne sais pas encore si j’ai bien fait, mais, j’en ai profité pour faire le « grand ménage » dans mes « fréquentations », m’éloignant de tous ceux à qui je plaisais pour ce que je faisais/paraissais ( remarque que c’est moi qui « poussais » ce type de fréquentations à la recherche d’attention/amitié) , ne conservant que les rares amis qui m’estiment pour ce que je suis.
    J’ai récemment participé à deux rencontres de « Dépendants Affectifs Anonymes »…échec total…l’atmosphère m’a déplu au max. On y parlait plus de dépendance/fuite dans l’alcool, les drogues/médicaments etc. Remarque que j’ai réalisé, tout au long de ma vie, que les alcooliques fuyaient un « certain mal de vivre », peut-être analogue à mon aveuglement à propos de moi avec fuite dans des fréquentations superficielles, même des amours platoniques!

    Je suis un grand travailleur, très persévérant, mais humble aussi…je ne vois pas comment je pourrais réussir à m’en sortir seul. En même temps, je suis profondément athée, refusant l’approche des DAA d’un être suprême quelconque, encore plus l’abandon à l’intérieur des sectes religieuses, enfin le recours à des « anesthésiants » chimiques ou autres.
    Connaissez-vous d’autres types de ressources d’aide pour les Dépendants Affectifs…qui n’imposent pas des frais aussi élevés que ce que j’ai constaté sur certains sites « e » …en même temps qui soient des rencontres en petits groupes…J’aime bien les rencontres sociales, mais déteste m’étaler en public…surtout que j’ai déjà avoué, à mes proches, ma dépendance = « configuration » de « desperado » ( comme le décrit Pascale Piquet ).
    Au plaisir de lire au sujet du présent.

  39. bonjour et merci.j’ai trouvée votre livre excellent pour décrire la dépendance affective.je me debat avec cela depuis des années et j’entrevois enfin des solutions.merci beaucoup car c’est une souffrance de tous les jours avec toutes les conséquences néfastes dans sa vie.

  40. Bonjour, en t’en qu’ancien dépendant affectif, ton livre est la base du rétablissement et semblable à celui de Dépendants Affectifs Anonymes, dans mon rétablissement, c’est le partage du vécu sexuel de mon enfance, honte généralisée dans les pays développés dû à notre façon d’élever les enfants.Bien-sûr, il y a la famille dysfonctionnelle évidante comme la mère ou le père absent à cause de l’alcool ou le travail mais plus subtilement, les mères qui passe beaucoup de temps aux téléphone ou qui écoutent les nouvelles en permanence même quand les enfants sont là. Dans ma dépendances j’ai tout de même laissé la place numéro un à mes enfants mais un dépendant transmet la dépendance de toute façon. Je me reprend avec les enfants des autres. Merci pour ton site et ton livre.

  41. Merci Henri-Joel. Ce livre est un soulagement de constater que l’on n’est pas « seul » a souffir de cette dependance, qui nous empeche de vivre pleinement. C’est aussi une revelation choquante de voir a quel point les dependants affectifs s’interdisent d’exister au profit des autres. On le sait, quelque part au fond de nous, mais l’admettre est un pas a franchir. Apprendre a s’aimer pour s’ecouter et se respecter.
    Votre livre me donne l’espoir et l’envie de m’en sortir ! Merci encore!

  42. M. NDOUR

    Je viens de faire l’écoute de votre ouvrage par hasard et j’en tombe par terre. Il est pour moi encore aujourd’hui dans la fin vingtaine très difficile de vivre avec les autres (Blonde, ami(es) etc) sans vivre dans l’angoisse de ne pas être aimé au maximun . Bien sûr tout les moyen sont bon … mensonge, cadeau hors de prix, me plié à toutes les critiques et j’en passe. J’ai vécu 7 années de ma vie avec une femme qui ne me respectait pas, de pour qui j’ai mis de côté a famille, mes amis, et je suis allé jusqu’au mariage pour lui plaire mais j’avais toujours en tête de la quitter mais en ayant la crainte de me retrouver seul. Je l’ai finalement quitté quand j’en ai rencontré une autre qui après 7-8 mois maintenant me rappelle un peu trop ma relation d’avant …

    La réflexion que je viens de faire durant et après l’écoute de votre document m’a fait beaucoup de bien . J’ai senti un sentiment de réconfort . Il est si plaisant de pouvoir comprendre certaine de nos action et de voir qu’il est possible de surmonter le tout. Je vais commencer des recherches plus approfondie sur cette dépendance . Je dois me sortir de cette impasse pour stopper le stresse qui me hante.

    Votre outil ouvre la porte a des gens comme moi qui ont besoin de prendre conscience et de redonner un sens à leur vie … Merci !

  43. Je suis née et j’ai grandis dans une famille « dysfonctionnelle « ! je suis tombée dans la marmite de « dépendante affective » depuis mon adolescence et ce jusqu’à aujourd’hui encore ( j’ai 50 ans tout de même!)

    Est-ce déjà une première victoire que de s’avouer qu’on en est ?

  44. @ Nath: Ok, je ne suis pas entré dans les détails sur comment développer l’estime de soi et la confiance en soi dans « Mes 9 procédés secrets pour accroître l’autonomie affective ». Ce sont là 2 domaines assez complexes mais nous aurons l’occasion d’en reparler de façon complète. Ce sera passionnant, promis ! J’ai hâte !

    @ Jean: De 7 à 77 ans, des grands projets, on peut en avoir et en réaliser. Donc, quelque soit votre âge, vous pouvez avoir le projet de devenir une personne affectivement autonome….même à 64 ans. Vous vous dites certainement que ce concept vous arrive trop tard et vous vous demandez peut-être est-ce que c’est vraiment nécessaire d’explorer cette voie…à 64 ans….etc… Conseil d’un bon ami: dirigez vos pensées: focalisez-vous sur les avantages que vous allez retirer de l’autonomie affective et non sur ce long temps qui s’est écoulé avant que vous preniez conscience de ce concept d’autonomie affective.
    Vous savez, il y a de cela 2 ans, comme vous, j’avais décidé de faire le ménage dans mes fréquentations. Je me suis débarrassé de toutes ces personnes toxiques qui pilulaient dans mon entourage. Je m’en suis senti que mieux mentalement et physiquement. Peut-être l’êtes-vous présentement ?

    @ Jean-Marc: Effectivement, la dépendance affective se transmet. Il y a une sorte de conditionnement familiale qui fait que lorsque les parents sont dépendants affectifs, il y a de très fortes chances qu’il en soit de même pour les enfants.
    Nota Bene: Les enfants ne font pas ce que l’on dit, ils font ce que l’on fait…

    @ David: Allez ! maintenant, il est temps pour vous de vous aimer vous-même au max et de faire des cadeaux à vous-même.
    Si je vous demandais d’écrire sur une feuille quel genre de conjointe vous aimeriez avoir, je parie que vous ne mentionnerez pas que vous voulez d’une conjointe qui ne vous respecte pas, qui vous dévalorise, etc… (si on parie, je gagne). Alors, ayez des critères de sélection et respectez-les. Ne faites pas comme toutes ces personnes tellement désespérées de ne pas trouver l’amour ou d’être seules qu’elles oublient leurs critères de sélection et se jettent dans les bras de toute personne qui dit les aimer, les apprécier ou qui leurs font des compliments.
    Aussi, faites la claire distinction entre Amour et Dépendance Affective. Demandez-vous: « Est-ce que je veux entrer dans une relation avec telle personne parce je l’AIME ou parce que je pense que j’ai BESOIN D’ELLE ? »

    @ Dani: Oh Oui! tout commence par une reconnaissance du problème. C’est la première VICTOIRE.

    @ Tout Le Monde:

    Ma vie s’est transformée radicalement.

    Aujourd’hui, avec l’autonomie affective, elle est devenue si belle. Si seulement vous saviez à quel point je me sens bien, à quel point je suis très heureux et à quel point je déborde d’énergie positive.
    J’aimerais qu’il en soit ainsi pour des millions et des millions d’autres gens dans le monde.

    Et vous, que diriez-vous de vous lever le matin et de ressentir la paix, la sérénité, la confiance et une force intérieure invincible…

    Laissez-moi vous montrer comment y parvenir.

    L’AUTONOMIE AFFECTIVE c’est GÉANT !!!

  45. @ Dani: « Doit-on tout se dire lorsqu’on est en couple ? » Un jour, j’ai suivi à la télé une émission qui traitait de cette question. L’avis des spécialistes en relation de couple étaient que non.
    Et je crois que cela est valable aussi bien dans les relations amoureuses, amicales et professionnelles.
    Par expérience, je sais qu’une personne réagit généralement mal lorsqu’on lui avoue qu’on est un « dépendant affectif » et qu’on dépend affectivement de lui. Ce n’est pas tout le monde qui connait cette problématique et ce n’est pas tout le monde qui sait comment réagir avec un dépendant affectif. Dans mon expérience personnelle, j’ai été choqué par la réaction de certains de mes amis…

    Parler de sa dépendance oui mais avec des gens qui connaissent et maitrisent le sujet. Et si vous sentez vraiment vraiment le besoin d’en parler avec la personne pour laquelle vous avez cette dépendance ou vos amis, gardez-vous d’utiliser l’expression « dépendance affective » qui sonne négatif. Expliquez-leurs par exemple: «…je vous aime tellement fort que j’en suis arrivé à m’oublier, il va falloir que je pense un peu plus à moi…»

  46. Merci Henri-Joël pour tes conseils et ta générosité… C’est incroyble ce partage. Je viens tout juste de terminer une première lecture et à chaque tournant, je m’attendais à un piège du genre….envoyer x dollars pour connaître l a suite…. Merci encore. J’ai beaucoup à apprendre pour améliorer mon propre comportement…. Je vais fournir les coordonnées de ton site à des connaissances pour partager à mon tour ton »cadeau ».
    Félicitations!

  47. Rebonjour Henri-Joël
    Vous suggérez des lectures de »maîtres » sur le sujet, à part votre document, avez-vous d’autres lectures à suggérer pour nous inspirer et nous guider….
    Merci

  48. Bonjour je vous remercie pour les conseil je trouve que votre livre que j’ai imprimer est tres bien je me voie dans les propos qui sont inscris ,j’essais de suivre vos conseil je vous remercie.

  49. Merci pour tout Henri-Joël.
    Je me demandais si je souffre ou non de dépendance affective. Je n’en suis pas sûr encore mais je trouve votre publication très intéressante. Ma difficulté est que je suis actuellement en »peine d’amour » . Je ne sais pas si mes problèmes sont plus »amoureux » ou »affectifs ». Pendant mon enfance et ma jeunesse, j’ai grandi dans l’amour avec une mère et un père présents et aimants… Je ne crois pas avoir des séquelles de cette époque… Je suis divorcé depuis 7 ans et j’ai connu une succession de femmes, environ 4, qui m’ont toutes apporté plus de tendresse et d’affection que celle avec qui j’ai été marié pendant 32 ans. Est-ce la source de mon problème? Toujours est-il que depuis ma rupture il y a quelques semaines, je vis tous les symptômes d’un dépendant affectif… Je voudrais me réfugier dans les bras sympathiques d’une parfaite inconnue… Je m’ennuie à crier seul chez moi… Je n’assume pas ma séparation… Je me réveille en pensant à celle que je viens de laisser pcq j’ai le sentiment qu’elle me manipulait un peu… Si vous pouvez m’aider….Je souffre… Je me sens perdu. J’ai mal à être

  50. jai realisé ce soir apres plusieur mois de doute que je souffre dune dependance affective . je vx men sortir , mais les genre jugent trop et croit que ce probleme est un excuse de lache pour ne pas affronter les coeurs que j’ai briser.Je sais et je le jure . pour lavouer il faut du courage car je suis un homme et javoue sans regret je pleure au moment decrire cette article . je sais que la blonde que jai en ce moment m’aime comm une folle . je le sais que mes sentiment se sont beaucoup amoindries ces derniers temps je dois avouer que toute mes anciennes copines aurait été des excellente femmes et meres de famille . j’ai briser leur coeur sans remord .c’est avec du recul qu’a chaque fois je regrette ma decision au plus haut point . si vous croyez etre malheureusement dependant affectif leger ou lourd . n’ayex pas honte de vous exprimer et de laisser tomber vos defenses personel car reconnaitre son probleme est dur je le sais , je le vie ,je le ressens jusqu’au plus profond de mes tripes . la vie apporte des obstacles et ceux-ci sont la pour nous rendre plus fort a chaque fois . n’hésitez pas parlez en a un proche ou documentez vs mais ne rester pas seule car la solitude est pire que de l’avouer car apres avoir avouer son probleme on est fin pret a se confronter a l’avenir la tête haute

  51. j’ai lu avec attention vos 9 secrets et franchement oui je crois que je suis dépendante affective.je fais partis de ceux qui donnent mais ne recoivent jamais car quand j’aime c’est vraiment trop je serais prête a décrocher la lune pour faire plaisir a mon homme..j’en suis malheureuse car j’attends que lui me fasse plaisir de temps en temps ne serais ce qu’un petit mot gentil , un sourir, un merci mais non rien il est complétement indifferent et me dit même que je le saoule que je suis chiante et collante..il me repousse plus qu’autre chose..Cet amour a un sens me fais beaucoup de mal , je vis en fonction de lui s’il va bien moi aussi et s’il ne va pas bien et bien moi aussi.J’aimerais que ca cesse mais c’est plus fort que moi j’ai besoin de lui meme s’il ne m’apporte rien.J’ai envi de m’en sortir et j’espere franchement que votre aide me sera precieuse car il faut vraiment que maintenant je pense un peu a MOI

  52. je trouve ton dossier vraiment complet explicite et pertinent .Je me suis beaucoup reconnu dans ce que tu dit et je vais commencer a appliquer ta méthode. Cependant j’ai une question. Ma mere est enfait la cause de ma dépendance affective étant elle meme dépendante et je me demande si il est toujours bon de la voire car à chaque fois que je progresse elle m’envoie des ondes négatives et je retombe à 0. J’ai 18ans j’ai la possibilité de ne plus la voir vu que j’ai un appartement.. si oui pourrai-je avoir dans le futur des relations avec ma mere sans pour autant retomber dans la dépendance ? merci encore pour ton aide

  53. J’ai écouté avec beaucoup d’attention le livre audio et je me suis reconnue sur plusieurs aspects. Ça ne fait pas tellement longtemps que je sais que je suis dépendante affective et c’est encore un choc pour moi. Merci pour ces trucs.

  54. Je me suis decouvert en tant que dependant affectif et cela va beaucoup m’aider je pense. Mais surtout j’ai decouvert que la personne envers qui je ressent une depence en ce moment est mon opposee comme il est explique dans le livre et cela va encore plus m’aider a eclaircir ma situation.Je vous remercie pour l’aide que vous venez de m’apporter.

  55. Bonjour Henri-Joël,

    J’ai téléchargé votre livre à l’intention de mon mari. Il l’a lu hier soir et se reconnait très bien dans vos descriptions : grand manque de confiance en lui (et pourtant si brillant), manque d’estime de lui (et pourtant si apprécié de tout le monde), me dis que je suis son idole, qu ‘il est perdu sans moi, etc…….. Lorsque je dois m’éloigner de lui, en particulier quand je pars au travail et que je suis de nuit ou de week end, là……il tombe dans un gouffre, faisant des crises incroyables, m’envoyant sms sur sms, appel téléphonique sur appel, se met à consommer de l’alcool et à partir dans une paranoïa épouvantable…. Dernièrement il est venu me rejoindre à mon travail et, outre le petit bazar qu’il à fait sur place, il est aller s’allonger sur la route, voulant mourir, étant persuadé que je ne l’aimais plus car je m’étais fâchée ! Le lendemain il ne se rappelle plus de grand chose sauf qu’il ne supportait pas mon absence.

    RIEN A VOIR AVEC L’HOMME QUE JE CONNAIS !!!

    Il y a pourtant beaucoup d’amour et de tendresse dans notre couple (recomposé depuis peu), de la part de l’un comme de l’autre.
    C’est extrêmement dur pour lui comme pour moi. Mais il veut s’en sortir et a pris vos 23 pages comme livre de chevet.
    Il m’a dit vouloir faire les exercices que vous préconisez.

    Alors, Henri-Joël, je vais attendre un petit peu que votre méthode prenne place dans sa vie pour vous en donner un commentaire précis. Mais sachez que je mets beaucoup d’espoir en vous car mon mari, en vous lisant, à tout de suite mit un nom sur son mal être : dépendance affective !

    A très bientôt.

  56. merci beaucoup pour ton livre, cela fait une semaine que j’essaie de me détacher de la personne dont je suis dépendante, et en lisant ton livre, je me suis rendue compte que cette fois-ci, je voulais vraiment m’en sortir. Il est vrai que la personne dont je suis dépendante ne m’a pas appelée, alors que d’habitude elle fait le premier pas quand je suis en crise. Cela fait plus de 3 ans que nous vivons une relation destructrice et je vais relire ton livre dès que je serai prête à craquer, pour ne pas replonger, car oui c’est comme une drogue, et il va falloir que je sois forte pendant la période de sevrage. merci pour ton aide.

  57. Bonjour,

    Je suis tombée sur votre site par hasard. Puis je savoir d’où viennent vos sources sur la dépendance affective? Livres, études de cas, expériences? Me concernant, j’ai des problèmes de jalousie, et je souhaite guérir. Dépendance affective et jalousie sont-ils liés selon vous? Puis je prendre appui sur votre livre? Merci de prendre le temps de me répondre. Cordialmt, Astrid

  58. Bonjour et merci pour votre livre et de votre aide
    Je crois le plus important c la volante ,vouloir s en sortir et commencer une nouvelle vie ,mais c’est assez difficile ,ca vient pas du jour au lendemain
    avant un mois j ai cru que mon attachement ,vouloir plaire ,et la peur du rejet était tt a fait nature ,mais avec le temps j ai vu que les autres ne réagissaient pas comme moi ,et j ai découverte la dépendante affective et le pire c est vers des personnes virtuelles et j espère mon sortir un jour

  59. Bonsoir,

    je vous remercie pour les conseils je trouve que votre livre est vraiment intéressant je me voie dans les propos qui sont inscris ,j’essais de suivre vos conseil je vous remercie.

  60. Bonsoir,

    J’ai lu votre livre et trouve exactement ce qu’il faut pour démarrer une remise en question et surtout cela va m’aider j’espère à voir la réalitée face à un amour qui est devenu impossible mais à la quelle je m’accroche encore ….

    Merci !!

  61. Merci pour votre livre, je me retrouve très bien dedans.
    Maintenant j’entame un gros travail sur moi meme grace à votre livre, cela prendra du temps mais pour moi, me rendre compte est déjà une victoire et un grand pas sur la voie de la guérison.

    Merci à vous d’avoir éditer ce livre et de le laisser à la porter de tous.

  62. j’ai lu vos propos sur le site et écouté l’audio,et me suis reconnue dans toutes les descriptions! hélas!déjà se reconnaître c’est mieux comprendre nos tourments et maintenant il faut agir,cela est encore diffiçile je ne parviens pas encore à distinguer si « je l’aime’où si j’ai besoin de lui!je dirai les 2!alors est -ce le bon comme on dit!?
    toutefois je suis sûre d’être en dépendance affective car j’agis sur tous les points que vous décrivez! cela fait du bien de savoir en vous écoutant d’une part de se sentir compris et d’autre part que l’on peut s’en sortir
    merçi pour tout

  63. @ Marcel: Oui, je fournirai des détails pour cela bientôt.

    @ Michel: Souvenez-vous, dans « Mes 9 procédés secrets pour accroître l’autonomie affective » j’ai parlé de 2 types de dépendants affectifs: Ceux qui ne font que DONNER et ceux qui ne font que RECEVOIR. Les gens ayant eu un manque d’amour et d’affection durant leur enfance ne sont pas les seuls à souffrir de dépendance affective. Ceux qui ont eu un excès d’amour, d’affection, de protection de la part de leurs parents peuvent présenter aussi des signes de carences. Adulte, ils réclameront auprès des autres ce qu’ils ont reçu, s’imaginant que tout le monde le leurs doit.
    C’est cette façon de faire qui font d’eux des dépendants affectifs. On peut voir cette dépendance affective comme une façon de vouloir combler la carence à travers une autre personne. Mais ce n’est pas la solution. Bien au contraire !

    @ Nicolas: Sur le plan affectif, une personne dépendante n’est pas compatible avec une personne équilibrée. Donc, je prédis une relation saine entre vous et votre maman si tous les deux vous vous mettez à développer votre autonomie affective

    @ Astrid: Étant un ex-dépendant affectif, c’est en grande partie mon expérience personnelle qui m’a permis de rédiger ce document. Ce n’est que du vécu. Ok, je n,avais pas tous les symptômes que j’ai décrit dans ce livre mais certaines personnes de mon entourage les avaient.
    Pour votre question sur la jalousie, je suppose que vous voulez parler de jalousie maladive, jalousie excessive… La dépendance affective peut mener à la jalousie maladive mais pas le contraire. D’ailleurs dans une relation amoureuse qui dit jalousie dit peur de perdre l’amour de l,autre ou peur de se retrouver seul.
    Toujours dans mon expérience personnelle, lorsque j’étais dépendant affectif, tenez-vous bien…je voulais mes amis rien que pour moi ! Voir un de mes amis parler ou s’intéresser à une autre personne me BOULEVERSAIT !
    Alors, pour vaincre la jalousie maladive, LA solution c’est l’autonomie affective: c’est à dire avoir une bonne estime de vous-même et une bonne confiance en vous.

  64. Je ne me considère pas comme une jalouse maladive mais oui un peu excessive, beaucoup trop par moment. Je me rend compte que la première personne ds le couple qui souffre, c moi, dc il faut que ca cesse. Mais pour ma part, je suis jalouse surtout de la gente féminine, de ses amis, de sa famille non. Mais de ses amies filles oui. Une en particulier. D’après lui, mes propos sont infondées, je suis en plein délire. Sauf que délire ou pas, c plus fort que moi, mes réactions de jalousie se transforme en mal de ventre, angoisses… A 2 reprises, g failli le perdre…et je suis tombé sur votre livre… avais des conseils à me donner? Astrid

  65. Merci à tous ceux qui ont laissé un commentaire : ça fait tellement de bien de savoir que l’on n’est pas la seule personne à subir une dépendance affective…

    Après un travail de développement personnel je sors enfin de la dépendance affective dans laquelle je baignais depuis ma plus tendre enfance. C’est comme une renaissance !
    Alors accrochez vous, prenez votre vie en main, le résultat en vaut vraiment la peine !

    Merci à toi Henri-Joël pour le partage de ton expérience et tes conseils car même si j’ai déjà avancé sur le chemin ils restent de bons rappels pour ne pas m’égarer.

  66. Cher Henri-Joël,

    J’ai écouté ce fichier audio et rien qu’entendre ta voix positive me rendait plus détendu 🙂
    Tous ces conseils que tu nous donnes sont excellents, et me permettent d’évoluer d’avantage dans mon processus de « guérison » de ce problème moral qu’est la DA.
    Merci encore cher ami !

    Romain

  67. Bonjour Henri-Joël,

    Tes explications du problème sont vraiment bien expliqué (claires et précises). J’ai enfin des réponses à mes questions et je sais maintenant sur quoi je dois travailler.

    Merci

  68. Merci pour cette experience de vie retranscrite.
    Je pense que cela nous aidera a ma conjointe et moi a avancer de l’avant.
    De plus cela m’a permis de decouvrir le site enrouteversdessommets qui me fait un bien fou.
    Encore merci, c’est un rayon de soleil dans l’obscurité d’une relation trop affecté par des dependances marquées

  69. Ça ne va pas forcément être simple tout de suite de tout appliquer mais ne serait-ce que voir son problème aussi bien décrit aide beaucoup à le comprendre et à progresser.

    Tout simplement merci.

  70. BONJOUR!!! Henri-Joel ,

    Je suis au tout début du processus de guérison, je viens de terminer une relation de 2 ans il y a de ca une semaine . Trouver ton article m’a toutefois aidé , je vais continuer à l écouter car mes feelings de tristesse vont et viennent… Lorsque je me sens vraiment mal , je prends des grandes respirations et focus la dessus au lieu de ma peine et je me dis que l’ avenir ne peut être que meilleure et ce n’ est qu’ une phase ( on le sais tous au fond de nous) Tes conseilles m’ ont vraiment aidés ce n’ est pas magique mais mis en pratique ils me liberes énormément …

    J’ attends impatiement tes nouveaux vidéos! Merci beaucoup de partager tes conseilles, je suis persuadée que ca te revient mille fois !

    Merci!

  71. je commence juste le processus je suis surprise de voir que l’on est si nombreux a souffrir de cette dépendance je souhaite sincerement m’en sortir car ça fais vraiment souffrir tout le monde mais je sais que je vais y arriver courage a tous et merci a toi pour tout tes secrets.

  72. Bonjour Henri-Joel,

    Je vous remercie pour votre livre audio. C’est un message d’espoir pour moi apres toute une vie de « dependante affective » dont les 3 dernieres annees furent particulierement penibles. Votre message est clair, chaleureux et vos conseils sont excellents. J’ai teste la respiration qui me fait du bien ainsi que la technique pour surmonter la peur du rejet et de l’abandon.
    Merci encore et j’attends la suite des conseils/partage d’experience avec impatience!

  73. Plutôt qu’un commentaire, c’est une question : avez-vous entendu parler du syndrome de la « mère rare » (mère qui dispense avec parcimonie, au compte goutte affection, écoute, disponibilité) à son enfant …. et qui en fait un dépendant affectif ? Je cherche de la littérature à ce sujet, pouvez-vous me donner des pistes ? Il paraît que cela affecte surtout les cadets de famille nombreuse.
    Merci
    VR

  74. Merci de partager votre expérience et vos conclusions sur le sujet de la dépendance affective. Difficile à gérer cette dépendance…… même lorsque on est conscient du problème car il suffit que « l’autre » soit un peu gentil et hop c’est reparti… surtout quand la dépendance touche les 2 bouts de la relation…
    Merci encore de votre soutien… car j’ai peur d’imaginer comment cela s’arrêtera…

  75. coucou ! Tou d’abord MERCI pour t 9 secret mais j’ai un probleme c que je n’ai pas l impession que mais probleme soi cela ou alor je les comprend mal je ne c’est pas comment l’exprimer mais cette jalousi me tue si jamais tu a le temps de me repondre ou de me parle j’aimerai beaucou merci a biento j esper

  76. Merci d’avoir repondu si vite bonjours oui j’ai pris le temps decouter vo neuf secret mais je ne sais pas je suis un peut perdu et m exprime par ecri et tres compliquer . Mais je c’est deja dou vien le probleme le probleme vien que je n’ai jamais connu mais parents et j’ai une cherie depuis deux ans une fille merveilleuse qui m aide tout les jours et des copains tres present le probleme c’est que je vie trop grace a eux et je suis vraimen trop jalou, mais pas possif seulemen extremen jalou voila j’attendrai votre reponse avec beaucou d’impatient au revoir

  77. @ viviane; non, je n’ai jamais entendu parlé du syndrôme de la mère rare. Par contre ce que vous expliquez rejoint bien ce que j’ai dit sur les familles dysfonctionnelles et que lorsqu’on est issu de ce genre de famille, il est très probable d’être un dépendant affectif.
    Le livre «Parents toxiques – Comment échapper à leur emprise» de Susan Forward doit vous intéresser !

    @ Jean-Baptise: Comme je disais dans ma réponse au commentaire de Astrid, vous devez développer votre confiance en vous et votre estime de vous-même pour ne plus être hyper-jaloux.
    C’est parce que vous n’avez pas assez confiance en vous que vous n’avez pas confiance aux autres gens.
    Lisez mon article: http://www.dependance-affective.ws/jalousie-maladive
    Une autre chose, pour vaincre la jalousie, vous avez besoin de savoir pourquoi vous êtes jaloux:

    – Êtes-vous jaloux parce que vous avez peur de vous retrouver seul ?
    – Êtes-vous sûrs de vous-même ?
    – Essayez-vous de rivaliser avec une « menace »?
    – Avez-vous trop peur que votre partenaire vous quitte ou d’être abandonné?

    Trouver ce qui déclenche votre jalousie peut vraiment vous aider à la surmonter. Une fois que vous comprendrez les choses qui font que vous êtes jaloux, vous pouvez travailler sur ces choses et essayer de trouver des solutions pour y remédier.

  78. Félicitation. c’est beau, juste, vrai , authentique. tu as su parler à notre interieur tres profond. il est rassurant de truver des gens avec qui partager ses craintes et ses angoises et qui vous apportent un certain soulagement que nos proches sont incapables de le faire parfois.
    merci encore une fois Henri-Joel

  79. Bonsoir, je viens juste de télécharger le dossier, et je pense que je vais le mettre en boucle. je suis dépendante, d’un amour qui vient de partir avec une autre, et j’ai l’impression que le ciel m’est tombée sur la tête.
    Est ce que vous avez un site pour tchatter .
    Merci beaucoup
    Christine

  80. BONSOIR? Voila cela fait 2 fois que je l’écoute, et maintenant il faut que je l’assimile, et que je mette en pratique; Je me suis fait larguée gentiment par un mec que je croyais au delà de tout, et bien il s’est bien moque de moi.
    J’avais déja fait le pas pour me séparer pendant qq mois, mais lui a tout déménagé, j’ai cru que le monde s’écroulait. car en plus il est parti avec une moche, mais qui a des sous.
    j’ai la colère, je n’aurais pas du partir, et le garder, tant bien que mal!!

  81. Je travaille depuis quelques années à soigner ma dépendance/manque affectif (discussion avec amies psy, lecture, travail perso, divorce bénéfique…).
    J’ai découvert votre livre au moment ou je commence à agir, après avoir 1 compris que j’ai un problème affectif, et 2 identifié les causes de ce comportement dans les souffrances de mon enfance.
    Votre livre donne de bons conseils, simples, clairs et utiles. J’ai apprécié votre suivi par mail, ça aide de constater que votre action ne se limite pas à diffuser votre livre.
    Je vais mieux depuis quelques mois, après quelques années de travail psychologique, je suis dans une phase où j’essaye d’être moi-même, de respecter l’intimité de mon partenaire, d’apprécier chaque moment de bonheur dans toutes les situations. Mais j’ai parfois quelques moments de « rechute ». J’arrive à les dépasser, mais il me reste du travail pour me rendre complètement autonome 😉 . J’ai compris maintenant que je suis seule à pouvoir résoudre mon problème, et accepte toute aide pour y parvenir. Vos videos contribuent à cette aide et je vous en remercie.

  82. Bonjour à tous,
    J’ai moi aussi téléchargé, lu, écouté et ce plusieurs fois l’analyse et les conseils d’Henri. Je suis dépendant affectif, je le savais déjà depuis un moment. Lire le livre d’Henri m’a fait prendre conscience que j’évolue dans ma dépendance et qu’elle semble de moins en moins m’affecter en général. Cela n’empêche pas d’avoir quelques crises de panique qu’il n’est pas toujours simple à gérer.
    Je vis depuis 16ans avec ma compagne, que j’aime mais avec laquelle toute discussion même anodine peut prendre des proportions qui nous amène à devoir nous éloigner pour nous protéger et nous ressaisir. Ma compagne est elle aussi dépendante affective, de cette dépendance décrite par Henri dans laquelle le souffrant à beaucoup de mal à s’exprimer sur ses sentiments. Lorsque les sujets de discussion deviennent trop profonds, intimes, elle se ferme et laisse place au silence. Pour me protéger, et par fatigue nerveuse, j’avais fini par couper la communication. Pour tenter de la faire réagir, je me suis éloigné sans me rendre compte qu’au fond j’allais vraiment en souffrir. C’est en cela que je progressé dans ma dépendance, c’est que j’ai appris à prendre des distances mais c’est parfois brutal pour ma compagne. Je sais que ce n’est pas la solution et je sens qu’il est temps pour nous d’essayer vraiment d’avancer. Je la vois s’éloigner vraiment elle aussi depuis peu et mes crises de panique reprennent. Je tiens à elle parce que je l’aime et je sais qu’elle m’aime mais nos difficultés sont une entrave au bonheur.
    Le livre d’Henri est pour moi un nouveau point de départ, pour m’attacher vraiment à la gestion de ma dépendance. Ce livre est clair, simple et direct. Il est un vrai moteur pour la nouvelle vie que je souhaite créer. Je souhaite avancer et progresser pour ma compagne et moi mais aussi pour nos deux enfants.
    Merci Henri, merci pour ce témoignage d’amour, merci pour cette grandeur d’âme pour tous les inconnus que nous sommes et à qui vous prêtez attention. Merci d’être différent dans ce monde où la consommation et le matériel priment sur les relations humaines. A bientôt. Christian

  83. Bonjour Henri-Joël,
    J’ai 46 ans et je viens tout juste de découvrir que je suis dépendante affective et sexuelle. C’est en faisant une recherche pour trouver de la littérature que je suis tombée sur votre livre audio. Je l’ai dévoré. Enfin quelqu’un qui en parle ouvertement et de façon simple et clair.
    Merci beaucoup pour ce cadeau. Cela m’aide à mieux me comprendre et surtout à me prendre en main.
    Continuez votre excellent travail, on a besoin de gens comme vous!
    Brigitte

  84. il y a aussi(une hipothèse) bon tout d’habors pour seu qui son désireux d’aider le monde(leurs amis(e) proche familles etc…) mais que sa leurs fais trop mal que rien ne se règle pour eu… il faux pas sen faire pour sa même si sa po régler pour l’autre, ont peux pas tout régler le problème de l’autre, ses luit ou elle même qui faux qua fasse sa pars pour s’aider elle même, et si a meton ont serais capable d’aider tout l’monde, ont ne serais pas ou en venir ont serais mêler ou ont soublirais nous même, il faux se dire que le monde son différend chacun, le résonement est différend aussi, CONCLUSION il faudrais se dire ouais au moin jais fais ma part et jais fais de mon mieux pour l’aider, je devrais pas avoir de remord juste parce que j’ai pas pu l’aider comme il fallais, se qui faux ses de soutenir pas néssairement de lamener dans son utérus(faire tout a sa place) et ses de se dire qui ou qua vas pencer et faire des chose de luit ou elle même, a aurais du soutien et a aurais une serteinne confience en lui elle même…

  85. Bonjour Henri-Joel,
    J’ai effectué le test du niveau de dépendance et j’ai vérifié ce que je savais déjà. Votre vidéo explique bien mon comportement, celui qui par l’exemple de nos parents, nous conditionne à répéter leur propre attitude. Quand mes parents était en conflit, mon père finissait toujours par couper court et s’isoler. Je le comprend véritablement maintenant alors qu’il a toujours été naturel de penser que nos enfant sont ce que nous faisons. Il me manquait la clairvoyance sans doute. La difficulté à gérer mes émotions et dans ces situations à prendre des décisions réfléchies et adaptées à la situation. Cela parait tellement simple quand vous l’expliquez. Je retiens donc que :
    – je dois changer mon comportement pour éviter d’être débordé par mes émotions. J’ai commencé à le faire en discutant un peu. J’ai découvert qu’en posant ma voix plus calmement, plus basse et avec un débit plus lent, je ne me laisse pas submerger. Il plus facile d’échanger sans agressivité. Merci Henri-Joel pour vos lumières. J’attends la suite avec intérêt.

  86. Bonjour Henri-Joël,

    J’ai beaucoup aimé votre ouvrage, et je me suis reconnue dans le domaine de l’amitié actuellement, et en amour avec une relation de presque 1 an ( il y a dix ans de cela). Or,cet homme m’a recontactée par le biais d’internet,j’ai vraiment hésité à lui accorder ma confiance en amitié, mais il s’est longuement excusé de m’avoir fait souffrir, pendant toute notre histoire, cela m’a soulagée…
    J’étais très dépendante de lui à l’époque,il me plaisait tant physiquement, mais hélas il était terriblement jaloux (lui aussi devait etre un peu dépendant, mais dans la 2e catégorie).
    Je suis aujourdui mariée et maman. Pensez vous que nous pourrons nouer une amitié sincère, sans que notre histoire d’amour passée risque de la compromettre? Actuellement,avec mon mari, l’amour, le vrai est là, je suis heureuse et je vois le passé avec plus de recul.
    La confiance et l’estime de soi sont la clé du bonheur, mais il est souvent difficile de les garder…
    Je vous remercie encore sincèrement, SYLVIE

  87. bonjour,

    J’ailu votre livre et je m’efforce de cesser de penser au mal qu’on me fait.
    en disant stop aux pensées négatives et destructives.jele sais depuis on bout de temps que je suis dépendante affectiveetj’ai eu des relations de co-dépendance malsaines.

  88. Bravo, bon travail! Concis, mais va droit au but. Donne une bonne vue d’ensemble sur le problème de la dépendance affective.

    Constitue, à mon avis, un point de départ pour ceux qui souhaitent se prendre en main. Donne des outils de base sans noyer le lecteur dans un jargon psychologique.

    Ils serait peut-être intéressant de référer à certain documents plus étayés pour ceux qui souhaitent pousser plus loin la reflection.

    Bonne continuation!

  89. j’aime beaucoup le travail, cela me donne un axe de travail effectué car je lisais un bouquin sur le sujet mais qui disait qu’il fallait absolument recourir a un psychothérapeute car l’autoguérison est très difficile ? j’aimerais avoir votre avis sur le sujet?

    Chaleureusement

  90. Auteur d’un roman sur les violences morales, » viol de de l’@me » publié chez Edilivre, je ne peux que confirmer que votre approche est excellente. Je l’ai partagée sur mes blogs. Trés souvent, les victimes de harcèlement moral souffrent d’une faille narcissique, essentiellement caractérisée par une dépendance affective qui leur fait tolérer l’intolérable. Mettre des mots sur les maux ne peut que les aider à surmonter les racines de leur mal..votre livre audio est en ce sens trés utile. Ensuite, vous avez raison, il faut apprendre à s’aimer, à aimer nos moments de solitude.
    Merci pour votre travail..

  91. Bonsoir Henri-Joel
    Merci pour votre définition de la responsabilité affective. En tant que dépendant, ce n’est pas toujours facile de prendre cette distance. C’est vrai que lorsque la personne que l’on aime s’emporte ou devient agressive en parole, nous avons tendance à nous demander ce que nous avons bien pu faire de mal. J’essaie autant que possible de demander à ma compagne de se calmer, de se poser, qu’on puisse en discuter calmement. Je ne dirais pas que que prends systématiquement ces colères pour mon compte mais cela arrive évidemment. Ma démarche de vous vouloir aider, écouter en demandant un retour au calme d’abord est il une démarche positive pour améliorer mon comportement ou dois je prendre davantage de distance ?
    Merci encore à vous pour ces repères précieux.
    Christian

  92. @ Sylvie: Haaa…. cela a dû vous faire un bien fou d’avoir reçu ses excuses…;) n’est-ce pas ? Lorsque je suis rendu affectivement autonome, j’ai fait le ménage de mes fréquentations: certaines amitiés, je les ai conservé, tandis que d’autres j’y ai mis un terme parce que c’était de la pseudo-amitié. Parmi mes amours antérieurs, certains sont devenus de bons amis d’autres non.
    Juste pour vous dire que c’est à vous de voir et de prendre une décision mais il est possible de tisser une belle amitié.

    @ Madooms: Vous avez 3 choix.

    Choix 1: Choisir de vous en sortir seul, vous documenter, trouver des gens qui ont RÉUSSI à sortir de la dépendance affective, voir et analyser comment ils ont fait pour réussir à s’en sortir et appliquer leurs méthodes. Ce fut mon choix et très franchement je trouve qu’il est bon celui-là !

    Choix 2: Aller voir un médecin qui va vous prescrire des médicaments contre la déprime, l’angoisse, les crises de panique, etc… Donc votre bien-être DÉPENDRA de médicaments et cela pendant très longtemps.

    Choix 3: Voir un psychologue, par exemple.

    Les 2 derniers choix ne sont pas, selon moi, les plus judicieux.

    Autant je recommande à des personnes qui ont souffert d’un traumatisme, suite à un accident, suite au suicide d’un proche ou autre, d’avoir recours aux services d’un psychologue, autant, en ce qui concerne le cas particulier de la dépendance affective je pense que ce n’est pas le choix plus judicieux.
    En vous tournant vers un psychologue, par exemple, à qui vous vous confiez régulièrement, qui lui, vous écoute, vous risquez de vous créer une autre dépendance en faisant un transfert. Vous risquez de transformer une thérapie positive en simple anesthésiant.

    C’est mon opinion et cela n’engage que moi. Rien ne vous n’empêche si vous en ressentez réellement le besoin, de voir un professionnel, quitte à apprendre par la suite à voler de vos propres ailes, quand vous serez sorti de cet épais brouillard.
    Ceci dit, si vous prenez cette décision, faites-le sérieusement en allant voir le BON professionnel qui connait le sujet.
    La dépendance affective a été identifiée plus clairement depuis seulement 10 ans. Donc, elle est encore méconnue de plusieurs professionnels. Même qu’il y a des psychologues dépendants affectifs. Si vous avez la malchance de tomber sur l’un d’entre eux, vous formerez tous les deux une drôle d’équipe pour résoudre votre problème! 🙂

    @ Christian,
    Bien sûr, la démarche que vous m’expliquez est bonne.
    En fait ce qu’il ne faut pas faire c’est penser systématiquement qu’il y a quelque chose en vous qui ne vas pas, vous culpabiliser, vous trouver des fautes imaginaires et essayer de vous changer vous-même pour être accepté par l’autre…alors que vous n’avez rien fait de mal ou que vous n’avez pas tord.

  93. Bonjour Henri-Joël , quel charmant prénom 😉

    en effet, je me retrouve dans la description et je me soigne depuis fin 2007 avec la fraternité Alanon qui est le penchant parrallèle aux Alcooliques Anonymes.

    Enfant & compagne d’alcoolique, je comprend mieux ce qui m’a menée à cette dépendance affective, ainsi que mon manque d’estime de moi.
    Je réussis professionnellement car c’est le ‘lieu de ma raison’ , mais dès que je suis dans ‘l’émotionnel’ (le coeur) , rien ne va !

    En apprenant à me connaitre davantage je réalise quel est mon/mes problèmes pour atteindre une vie privée sereine, hors de l’angoisse de ce que j’ai fait au ciel pour ‘mériter si peu’ …

    Merci de ce livret qui explique clairement ce que les psy amalgament &
    dont ils font commerce !
    Bien à vous ! Et… prenez soin de vous 😉

    Amicalement,
    Jo.

  94. Hello Henri-Joel,

    Je vous remercie de votre partage, que je trouve très intéressant, un bon instrument de reflexion, qui permet de faire le point, confirmer certains idées et tester de nouvelles.

    Ravie que vous partagez cela avec moi 😀

    Have a nice day, and maybe check-out Pierre Etienne Bourget, great guy too …

    Love from Marina
    xxx

  95. Bonjour Henry-Joel,

    Comment faire pour ne pas perdre la personne qu’on aime quand on essaye de sortir de cette dépendance affective? Je m’explique: Nous en avons parlé avec mon copain pcq la situation n’allait plus, dès que j’étais loin de lui je souffrait et je n’arrivais plus vraiment à profiter de la vie sans lui alors que je suis à la base une personne très extravertie, qui profite de la vie et mm un peu fofolle^^ Je commençais à être de plus en plus triste et lui mal à l’aise face a cette situation. Je me suis rendu compte que c’est moi qui avait un problème car ma précédante relation c’était fini à cause de ça. Or aujourd’hui j’aime mon copain plus que tout et je ne veu ps le perdre et pour ça je sais que je doissortir d cette dépendance. Il ne me met pas de pression mais je vois bien qu’il en souffre et je veux vraiment changer ça. Mais c’est difficile, je sais pas vraiment comment m’y prendre. Je veux pas faire semblant de réussir a vivre sans lui, mais vraiment pouvoir être heures mm sans lui. Et pour ça j’ai peur de le perdre car en faisan ça je suis en doute constant de son amour alors que il fait que de me dire qu’il m’aime. Mais j’ai peur, je doutes et j’ai besoin d’aide pour sortir de cet » enfer ». Alors si t’as un conseil c’est avec grand plaisir que je t’écoutes.
    Merci d’avance…

  96. Bonjour Henri-Joelle,

    Je cherchais un psy en ligne hier soir sur le net.. et je suis par hasard tombée sur un forum qui parlait de dépendance affective, première fois que j’entendais ce terme, je me suis donc renseignée sur le sujet.
    J’ai parcouru 2-3sites avant de tomber sur le vôtre.
    Et puis j’ai écouté votre vidéo, et tout votre dévouement pour nous aider, nous dépendants encore ignorants.
    Et bon dieu que ça fait du bien de pouvoir enfin mettre un nom sur toutes ces crises de panique à répétition, ces coups de déprime qui vous mettent en larmes à tel point d’en devenir inconsolable, comme si plus rien ne pouvait vous aider.. comme si ce monde était incompréhensible, sourd à vos attentes..
    Des attentes empoisonnées bien évidemment, parce qu’auto-destructrices..
    Et depuis hier, plus une larme n’a coulé, je me sens enfin revivre petit à petit, j’ai retrouvé cette sensation de fierté de moi-même.
    Et bien que tout ça m’ait fait perdre du temps dans l’étude de mes cours (pcq en médecine, il faut quand même s’y mettre assez tôt..) et après un mois de retard c’est dûr à rattraper.. je garde à espoir d’y arriver parce que je crois à nouveau en moi, et c’est tout de même un point positif je crois.

    Donc pour tout ça, je vous remercie vivement, j’attends de nouveaux conseils avec impatience parce que c’est bien d’en sortir, encore faut-il ne pas resombrer, tout ça reste bien fragile..

    Merci 🙂

  97. ..J’allais oublier de vous poser 2-3 questions 🙂

    J’ai 20 ans et je suis avec quelqu’un de 10 ans plus âge que moi, ça va très bien en dehors du fait qu’il est artiste et a donc beaucoup de boulot, et doit passer par certaines phases d’isolement pour pouvoir faire sortir tout ça, et fatalement il ne m’y inclut pas parce que ça lui permet d’écrire et il en a besoin.
    Et c’est en partie à cause de ça que j’ai eu mes crises de panique pcq je sentais qu’il s’éloignait de moi.. ça m’en rendait malade ; maintenant que j’ai réussi à mettre un nom sur ce truc, je me sens bcp mieux et j’accepte tout à fait ces petits moments d’absence, et puis j’ai totalement confiance en lui, je sais que ce n’est pas pour aller voir ailleurs (et je ne dis pas ça pcq je suis « dépendante » lol 🙂 non vraiment).

    Donc j’aimerais savoir.. pour ne plus que tout ça arrive, que faire si jamais ce genre de crises me reprend ? (sachant qu’en ce moment il est en « isolement » mais j’ai quand même de ses nouvelles tous les jours..) J’ai peur d’à nouveau craquer.. et je ne veux pas me séparer de lui, parce qu’en dehors de ça il m’apporte tout ce dont j’ai besoin et jamais, oh grand jamais, ne m’a fait culpabiliser pour quoi que ce soit, bien au contraire.. il s’en veut à lui-même.

    Merci d’avance 🙂

  98. juste un ptit mot pour Aude… J’ai moi aussi 20 ans et je vis une relation un peu semblable à la tienne et je tenais juste à te dire merci pcq ça ais du bien de voir qu’on est pas toute seule… Je me sens aussi enfin revivre, enfin libre bien qu’amoureuse!

  99. MERCI pour ce petit livre audio offert gracieusement, cela m’ a permis de completer mes connaissances sur la question, mais pour moi ,malgres tout le probleme de la dependance affective reste toujours le meme. Les conseils n’etant pas des solutions.

  100. @lana : ça fait du bien aussi pour moi de savoir que je ne suis pas la seule 🙂 ..si jamais tu veux qu’on en discute, n’hésite pas à me le dire, ça peut peut-être nous aider

  101. Bonjour Henri-Joël, et merci pour les vidéos gratuites et les conseils que vous m’avez donnés généreusement.

    En effet, et je ne suis pas la seule à le dire, ça fait du bien de savoir qu’on est comprise et que quelqu’un qui est déjà passé par là peut nous aider.

    C’est très bien, mais ça ne m’empêche pas de beaucoup déprimer malgré tout. Je suis issue d’une famille « dysfonctionnelle », avec une mère hystérique et un père limite dépressif et totalement invisible.

    J’ai culpabilisé toute ma vie, parce qu’ils ont TOUT FAIT pour me culpabiliser. J’étais maltraitée et pas aimée par ma propre mère, elle a toujours cette rage en elle et est incapable de manifester de l’amour concrètement sans se montrer immature ou égoïste.

    J’ai été très mature très vite, mais d’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été seule. Et ça continue aujourd’hui.

    Je me sens toujours fatiguée et triste. Et ça ne s’arrête jamais.

    Je me sens sans cesse inutile, et ce n’est pas tous les vagues conseils que je peux entendre.

    La seule chose qui me fasse pas sombrer, ce sont des amis qui continuent à bien m’aimer et m’entourer, malgré ce que je suis. Je n’aurais jamais tenu le coup sans eux.

    J’espère que ça va s’arranger, mais c’est tès dur de vivre. Très très dur.

  102. @Marie2 : ma mère aussi me maltraitait moralement.. elle est dépendante affective et manifestait toujours sa colère sur moi pour ne pas devoir à le faire avec mon père..
    Ca n’a pas toujours été facile de se prendre des « bonne à rien, connasse, tu fais la pute, tu ne mérites pas d’être heureuse, j’aurais dû avorter plutôt que de gâcher ma vie à m’occuper de toi, tu mérites de te faire larguer.. » etc et j’en passe.. et ça pendant toute ma jeunesse et adolescence (jusqu’à ce que j’aille à l’université en fait).

    Alors je comprends ce que tu ressens, il faut juste essayer de se dire que c’était une façon de calmer sa souffrance.. elle est juste « malade » et ne veut pas l’admettre.

    On est là aujourd’hui, regarde le chemin qu’on a parcouru, c’est quand même pas mal d’avoir tenu je trouve.
    Il ne nous reste plus beaucoup à faire pour être heureuse.. il faut de la bonne volonté, de la persévérance, et on y arrivera 😉

    En tout cas.. encore merci à HJ Ndour pour tout ce qu’il a réussi à nous apporter, moi personnellement ça m’a vraiment bien aidée.. d’ailleurs, je n’ai plus versé une larme depuis vendredi 🙂 alors merci.

  103. Bonjour Henri-Joël,

    c’est vraiment trés aimable à vous d’avoir mis gracieusement à notre disposition tous ces conseils digne d’intérêt. Avant de vous écouter (eh oui, c’est génial que vous ayez pensé à nous faire un enregistrement de votre livre !!!!), j’avais suivi avec intérêt quelques cours sur la dépendance affective…..Et je dois dire que vos conseils sont le bon reflet de ce que j’y avais appris, tout en y ayant rajouter quelques moyens pratiques pour en venir à bout. je vous remercie pour tout ce beau travail. Encore merci pour votre belle initiative !!!

    à bientôt

    christine (ile de la réunion)

  104. Bonjour Henri-Joël,

    Vous avez vraiment l’aire de savoir dequoi vous parlez, je me suis reconnue dans plusieur cas dont vous avez parlé dans votre livre audio. J’éseyerai dans le prochain jour de metre en pratique les 9 truc mentioné.

    Merci
    Micaël

  105. @lana: Vous dites: «comment ne pas perdre la personne que l’on aime, lorsqu’on essaie de sortir de la dépendance affective?»
    Primero: il n’y aucun risque à sortir de la dépendance affective !
    Segundo: 2 cas sont possibles lorsque vous arrivez à l’autonomie affective:
    1. Vous vous rendez compte que la personne avec qui vous êtes en couple n’est pas la bonne personne.
    2. Si vous êtes amoureux, finies les crises de paniques, les angoisses, la peur d’être abandonné; le sentiment amoureux de votre conjoint sera PLUS GRAND et votre relation se portera NETTEMENT MIEUX.

  106. @ tout le monde:

    Un article-vidéo sur les manipulateurs narcissiques
    ou pervers narcissiques est en ligne sur le blog:
    « Les Pervers narcissique »:
    http://www.dependance-affective.ws/manipulateurs-narcissiques

    Je crois qu’environ 30% des dépendants affectifs sont en relation
    avec des pervers narcissiques.

    * Comment reconnait-on un manipulateur narcissique ?

    * Comment sortir des griffes d’un manipulateur
    narcissique ?

    Je vous propose de suivre cette série de 3 vidéos
    « envoutantes » de l’émission « Toute Une Histoire » de
    France2. Ici:
    http://www.dependance-affective.ws/manipulateurs-narcissiques

    Bien Amicalement,

    P.S.

    Merci à l’équipe de France2 pour cette émission ! 😉

  107. Bonjour,

    Vos vidéos et votre livre ont été une révélation pour moi. Je me posais beaucoup de questions face à ma relation actuelle. Je me demandais pourquoi mon copain agissait ainsi, soit il me boudait quand je faisais pas à son goût, il se choquait pour rien, il était négatif et trouvait toujours des défauts à tout le monde. Ça fait 2 semaines que je ne suis plus avec lui après 1 ans d’enfer car dès que je lui résistais c’était la bouderie et ensuite il me revenait tout repentant me disant qu’il m’aimait. J’embarquais dans son jeu jusqu’à ce que je trouve votre livre et vos vidéos sur internet. Cette fois-ci je ne suis plus intéressée à embarquer car j’ai compris qu’il me manipulait, en plus il est alccolique, je crois bien que ça fait partie de son comportement,

    Je vous remercie très sincèrement car vous m’avez beaucoup aidée à comprendre son comportement.

  108. Bonjour,

    J’ai grandi avec des parents séparés. Une mère qui souffre de dépendance affective et un père trés peu présent.
    J’ai vécu 10 ans avec un homme que j’aimais et je n’ai pas eu ce comportement de dépendance. Nous nous sommes séparés depuis 8 ans déja et c’est à la suite de cette séparation que tout a refait surface… Le sentiment d’abandon, le rejet, les angoisses, l’anxiété et la peur. J’ai passé bcp de temps seule à essayer de me reconstruire mais en fuyant…J’ai rencontré qques hommes ces derniers temps mais ils n’étaient jamais disponibles, pas prêts, pas envie et peur de l’engagement. Biensûr, ce n’est pas par hasard que je m’intéressaient à eux…Et plus,ils me rejettaient, plus je m’accrochais! Je pensais être tout le temps amoureuse.
    J’ai finalement réalisé que je me tournais toujours vers ce type d’homme qui ne me donnait rien.Je répéte toujours le même scénario. Je n’arrive pas à reconstruire une vie à deux. J’ai finalement réalisé que j’ai grandi dans le rejet de mon père, son manque d’amour, d’attention et que c’était mon fonctionnment. Ma mère est une personne qui a bcp souffert dans son enfance et dans sa vie du manque d’amour aussi. Elle a fini par jetté l’éponge et vit seule…depuis trés longtemps. Cette image de répéter la même histoire me terrorise aussi.
    J’ai donc pris conscience que je ne pouvais pas continuer ainsi.Que ce n’était pas normal que je n’arrive pas à refaire ma vie!
    J’ai donc décidé de CHANGER
    Mais, dés qu’il y a une personne qui s’intéresse à moi, c’est la panique,le rejet, la fuite et je finis par tout faire capoter avec mon comportement.
    Je dois faire partie de ces femmes qui aiment trop! qui dés qu’on se rapproche de moi emotionnellement, je fuis ayant la triste sensation de m’ennuyer, de ne pas être amoureuse,et de le rejetter.
    Je suis dans un cercle infernal où je passe de dépendant dans certaines relations à fuyant dans d’autres…
    J’ai rencontré aujourd’hui une personne qui a tout pour me rendre heureuse mais ce n’est q’angoisse, peur et rejet de ma part.
    Je ne sais pas si je dois continuer cette relation et dépasser mes peurs ou me guérir seule.
    Je crois que j’ai bien amorcé le travail à l’intèrieur de moi même mais ce n’est pas tous les jours facile. je n’arrive pas à lacher prise, à profiter des moments présents et voir ce qui se passera…mais j’y travaille.
    Je suis indépendante pour tout, je fais du sport,j’ai des amis, je prends soin de moi mais je n’ai pas encore tout régler.
    J’ai hâte de trouver cette indépendance affective. Je vous remercie bcp pour votre ebook. J’avais déja conscience de tout ceci. Je lis bcp de livres sur le développement personnel mais j’ai encore du chemin à faire et parfois je suis découragée car j’ai déja tellement souffert. Mais je suis forte et je VEUX m’en sortir, je VEUX y arriver pour AIMER et être AIMEE comme il se doit.
    Merci pour tout et tous ces témoignages.

  109. merci, pour tous ces conseils, je trouve votre livre très interressant et vais suivre vos conseils pour me sortir de là. je sors d’ne dependance affective et je ne voudrais pas recommencer. je compte sur vos conseils qui me paraissent vraiment justes. encore merci de cette aide que vous donnez.

  110. je vous dis merci et bravo pour ce vous avez dites sur ce sujet moi mon histoir est récente je trouve que vous m avez beaucoup touché car je vis un calvair j ai l impression que sans cette personne c est la fin du monde pour moi je ne sor pas je ne mange pas je fais que pleurer sans arret j ai plus le courage de rien faire j ai ecouté tes conseils aujourdhui j ai deprimé moins qu avant et j esper que ça ira petit a petit mais comme je suis une femme seule j ai besoin d aide pour m ensortir si non toute seule je vais pas y arriver merci pour ce belles paroles qui m ont soulager je vais l ecouter chaque jours

  111. Bonsoir,

    J’ai passé huit années sans me rendre compte d’avoir été manipulée. Bien sûr, comme vous le dites si bien la dépendance affective va dans les deux sens, chacun « pensant » y trouver son compte. En définitive cela a été huit années de souffrance, à donner sans recevoir et sans comprendre, jamais, ce qui m’arrivait (je te jette, je te reprend).
    Vos explications sont assez claires, surtout pour la personne qui donne, cependant, j’aurais aimé plus de détails sur le comment et le pourquoi de la personne qui ne donne jamais et qui s’en fuit et sur la manière dont elle peut s’en sortir, car c’est une personne malheureuse quand même… même si elle croit être très forte et qu’elle abuse des autres.
    Merci pour votre générosité et votre amour des autres.
    Bien cordialement,
    Monique.

  112. bonjour jai bien aime votre livre jai pris conscience que javais ce probleme pr bien avancer ds la vie mais maintenant je comprend merci pr votre temps et generosite c ‘est bien explique et clair je lecoute quand c plus dur merci

  113. Merci mille fois!
    Je suis en quête d’infos sérieuses sur ces diffultés pour épauler une personne qui m’est très chère et j’ai trouvé votre approche intelligente et non-culpabilisante. Je me méfierais malgrè tout d’aller chercher trop vite des raisons dans la petite enfance sans l’aide d’un psychologue/psychiatre confirmé. Je recommanderais aussi la lecture du livre de Marie-France Hirigoyen, en Anglais « Stalking the soul » en Français « La manipulation mentale » pour comprendre les pièges qui sont tendus aux dépendants affectifs. Dans la majorité des cas ce sont des personnes intelligentes généreuses compréhensives attentionnées et qui se livrent facilement. Leurs grandes qualités les empêchent de voir l’arbre qui cache la forêt lorsqu’elles rencontrent un/e manipulateur/trice mental/e qui se fera un plaisir malsain à les phagociter peu à peu.

  114. Bonjour j’ai trouvé votre livre extrêmement intéressant et les personnes de mon entourage me retrouvent bcp dans vos paroles!
    J’ai décidé d’aller voir qq’un car il y a 2 jours j’ai eu une crise terrible suite a une énième dispute avec mon copain, je me suis sentie mourir de l’intérieur et j’ai tellement de souffrance en ce moment que je ne suis plus vraiment en vie je fais juste semblant pour mon boulot, mes amis, …. Je vis comme un robot car mes souffrances intérieures ne sont pas gérable j’ai très peur et je me suis très svt anesthésiée pour faire passer tt ca! Maintenant je suis face à ma douleur et même si je n’arrive pas du tt à la gérer je vais essayer de m’en sortir car à part le côté sentimental ma vie est une réussite…
    Bien à vous

    Françoise

  115. Je revient d’une semaine des fête dans la famille, j’ai discuté de ma (DA) Dépendance Affective et j’ai appris que cela vient de très très loin.
    J’ai presque 47 ans et c’est maintenant que je commence a vivre avec ce mal qui m’infligeais douleur et incompréhension, je cherchais toujours a plaire en m’oubliant moi même, quel vie insatisfaisante que javais…
    J’ai trouvé votre site et lue ce livre avant daller en vacance, les mots et idées inscrit mon touché et par le fait même entamé une réflexion sur mon passé tout en expliquant mes échec et souffrances, enfin je peut passer a une autre vie, celle qui est a moi avant tout.
    Merci de m’avoir ouvert cette porte vers un avenir prometteur.

  116. Bonjour

    a ma premiere recherche sur le web sur qu,est-ce la dépendance affective je suis arrivé sur les 9 secrets de Henry qui pour moi en passant me sembles un etre authentique dont j,ai pu apprécier ses écrits sur le sujet,dont je connaissais mal et je me posait la question si je pouvais avoir le profile de dépendant affectif alors a ma grande surprise j,ai compris que j,avais certains signes évidants de la dépendance affective …Alors ca m,as révélé que j,ai la peur du rejet de l,etre aimé et peur de l,abandon et le manque d,estime de moi..

    Alors voila j,emtamme des maintenant le processus d,Henry et ca m,apportes déja une certaine lumiere …

    Un tres grand merci Henry

    salutations a tous

  117. Bonjour ! Tout d’abord je vous remercie d’avoir fait ce livre et cette étude qui est vraiment très interessante. Au fond de moi j’étais bien consciente du probleme , les angoisses vis a vis de mon partenaire , la difficulté a aller vers les gens mes amis … Depuis quelques temps je n’arrivais plus a me sortir de tout sa de cette dépendance affective de ce probleme en moi ce qui a fait que je me suis énormément éloignés des gens ce qui correspond a un manque de confiance perdu au cour de mes dernières années entre abandon et des gens qui m’ont décu. Je suis largement dépendante de l’amour , avoir quelqun à mes cotés m’est indispensable. Je pense actuellement avoir trouvé quelqun de bien qui me soutient plus ou moin dans mes démarches en vue d’aller mieu : hypersensibilité , épuisement moral a cojiter à m’inquieter au moindre doute et a m’effacer… J’ais bien retenu l’idée de me détendre , de m’accorder des moments de plaisirs .. La solitude ne me dérange pas c’est assé dans ma nature mais ne pas etre avec mon partenaire me rend triste …
    Vous m’avez maintenant guidé et j’ais immédiatement ressenti les effets de ce « bilan » et de ces 9 procédé qui amène a etre autonome et surtout sure de soi ! Malgré tout j’ais encore du mal à arreter de réfléchir et de m’inquieter. J’espere pouvoir trouvé l’echapatoire de cette torture morale en commencant par casser cette routine monotone qui a un poid sur mon moral. Et surtout réussir a me débarasser de mes craintes et de pouvoir avoir totalement confiance en moi et en mon partenaire qui est lui aussi une personne très sensible avec beaucoup de vècu.

  118. Depuis le premier janvier 2011, ma vie est devenue extremement difficile. J’etais deja separer de ma conjointe depuis 4 mois apres environ 14 mois de vie commune. Le 1er janvier, elle est demenagee et je n’ai plus du tout de possibilites de contact..c’est assez compliquer.

    Mais ou je veux en venir, c’est que j’ai ecoute attentivement votre capsule audio et je dois dire que je me suis reconnu sur enormement de points la dedans. Par exemple, lorsque vous parliez des gens qui veulent absolument plaire a leurs amis ou leurs amies…a leur conjoint ou conjointe, la peur du rejet, de l’abandon..apprendre a aimer a vivre seul….

    Je peux dire que j’ai ete extremement touche par vos trucs et conseils… je tiens a vaincre la dependance affective pour retrouver du bonheur dans ma vie et de sortir de la noirceur.

    Vous, m. Henri-Joel, vous etes un grand homme et vos valeurs sont vraiment tres bien. Je vais faire de mon mieux pour appliquer vos conseils et je vous remercies de partager votre experience avec des gens tout comme moi et toutes ces tres bonnes personnes qui m’ont precede a vous ecrire des messages.

    Marco

  119. J,ai adorer tes cinseille il m’on aider a prendre consience de l’empleur de mon probleme de dépendance affective et pour ca je cvais avoir besoin de travailler tres fort car dison que avec ma maladie qui est l’ataxie de charlevoix du saguenay et bien j’ai beaucoup peur du rejwet mais tu sais comme tu dit on peut pas plaire a tout le monde et il faut s’aimer soit meme avant d’etre capable d’aimer quelqu’un d’autre wet le fait que je n’accepte pas ma maladie et bien en cause un problemew mais bon je vie avec et je vais consulter car avant tout j’ai besoin de m’aider moi-meme avant d’aider ceux que j’aime

  120. pourquoi moi quand jai lis votre texte jai été encore plus décu par rapport a mes chances a m’en sortir et que jai ressentir des envie de mourrir?

  121. Bonjour,
    Je suis tombée par hasard sur votre site samedi dernier et je l’ai lu avec beaucoup d’attention et j’avoue m ‘etre complètement retrouvée dans vos écrits,ce- ci a confirmé tout ce que je pensais de ma dépendance affective et m’a vraiment éclairée et m’a aidé à comprendre enfin tous ces événements qui se sont passés ses 20 dernières années et qui m’ont montré que tous mes maux venaient de cette névrose.
    En effet je suis prof de technologie je fais une licence de psychologie actuellement car j’aime cela, je suis mariée depuis 24 ans avec un homme que j’aime et qui m’aime tout va bien dans notre couple sur tous les plans. Mon mari a réussi sa vie profesionnelle il est reconnu dans l’armée de l’air( il va passer colonel cette année). Nous avons une très grande complicité, un très grand respect l’un envers l’autre et nous a avons eu 3 enfants qui sont en très bonne santé et qui réussissent tous dans le sport et leurs études.Je vis dans une région extra à arcachon en france station balnéaire réputée et nous vivons dans une très belle maison et nous avons une très bon groupe d’amis;. Je suis une femme très heureuse même si le quotidien comporte quelques fois son lot de soucis. Le seul problème est que par période, je ressentais des malaises et je me suis rendue compte que ceux ci sont apparu à chaque fois qu’il y avait séparation avec un e personne, décès ou lors de mes accouchements(baby blues). Cela ne m’a rendue la vie très facile depuis 20 ans. Je subissais et ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait et j’ai toujours été confortée par le fait que j’avais le bonheur au fond de moi;
    Seulement un évenement est venu contrarié ma vie à la toussaint et ma réaction était complètement inattendue. En effet ma fille est partie faire ses études à bordeaux à 30 mn d’arcachon et nous lui avons loué un appartement la bas. Et là quelle ne fut pas ma réaction, j’ai fait un blues comme le baby blues qui s’est remis en un mois, puis toute ma famille s’est réunie à noel et là j’étais à peu près remise sauf que je ne pouvais plus rester dans ma maison seule sans pleurer. Je pleurais ma fille!!!! Nous avons reflechi avec mon mari et avons pensé que si seule ma fille avait été en cause j’aurais pleuré et cela ce serait arrêté, or là je ressentais un mal être qui continuait donc il y avait autre chose.

    A partir de ce moment et pendant 15 jours nous avons énormément parlé avec mon mari ce qui m’a fait un bien fou et j’ai pris conscience que le problème n’était pas ma fille mais mon propre père!
    J’ai en effet eu une enfance très heureuse puisque inconsciente que mon père, à la personnalité égocentrique, hypochondriaque angoissé me tenait sous sa coupe avec ma soeur et avait inconsciemment élaboré un système dans lequel nous n’existions pas, père trop présent etouffant faisant de nous des esclaves et étant à son petit soin, et ma mère veritable serpillère devant mon père a été inexistante et donc complice de ce système nocif. A 20 ans je sortais dans la rue et faisait des attaques de panique quand je sortais seule et quand j’allais trop loin de chez moi,c ‘etait angoissant! J’ai rencontré mon mari à ce moment là qui était inquiet et m’a pris rendez vous chez un psy. En 3 séances il m’a dit de partir de chez mes parents, ce que je fis et en 3 semaines j’allais beaucoup mieux et je n’avait plus ces attaques. J’ai fais donc une corrélation entre ce qui m’est arrivé recemment et ce qui m’est arrivé il y a 20 ans ,cela s’est reproduit avec un facteur déclenchant. Mon problème n’avait pas été résolu il ya 20 ans ou en partie mais j’ai dû faire un transfert affectif sur mon mari et sur mes enfants et je vivait avec ce soucis sans le savoir.
    Je me sens extrêment soulagée maintenant de m’être vidée et votre livre a servi à finaliser ma prise de conscience et je vous écrit en ce moment seule à la maison ne pleurant plus. Merci beaucoup pour ce merveilleux éclairage et ces conseils criantsde verité felicitations ! et comme vous le disiez si il ya 20 ans j’aais fait un travail sur moi même j’aurais gagner du temps il faut éviter les transferts qui ne font que reculer le problème.
    Je vois les choses autrement, ce la bien sûr m’a un peu secouee et mon ventre se serre un peu encore (angoisse,) je m’estimerai complètement guérie quand je n’en n’aurais plus. Qu’n pensez vous en aviez vous aussi?
    Merci encore beaucoup au plaisir de vous écrire!
    cordialement
    nathalie hondermarck

  122. Un PUR cadeau, une réponse à mon interrogation pourquoi mes relations ne fonctionnent jamais. Un outil simple et facile à mettre ne pratique. Un bonheur qui débute à la lecture de ton document Henri-Joël à savoir que oui je peux m’en sortir, oui c’est possible grâce à ton lumineux travail pour nous aider. MERCI… Je reprends le goût de vivre, je suis importante et je le mérite!

  123. je crois que je ressens une dependance affective vis a vis de mon conjoint.
    je suis encore jeune j’ai 19ans mais je n’ai jamais vecu d’histoire comme celle ci auparavant, je me sens completement dependante de lui car je crois que c’est parce que j’ai peur de lui en fait il a deja été plusieurs fois trés violent avec moi et je n’ai jamais vraiment essayer de mettre fin a cette situation.
    il me fait faire des choses ou accepter des choses dont je n’ai jamais était capable d accepter avant
    il arrive parfois que je fasse des choses contre son grès et il se peut quil me rejettent après pendant plusieurs jours pendant cette période là je me sens complètement anéanti jai limpression que je ne pourrais plus avancer avant qu’il ne refasse surface je sais quil faut que je mette un terme a cette relation le probleme et que je n’en est pas du tout la force jai déja essayé plusieurs fois mais je n’y arrive pas
    il me fait des projets d’avenir alors j’ai l’impression que je vais tout gâcher si je le quitter vraiment , j aimerai être assez forte mais je n’y arrive pas il est extrêmement jaloux et ma couper de presque tout mes amis il ne ma laissé que les plus proches mais je nai le droit de les voir que trés rarement et généralement il est avec moi il a mes mots de passe et me surveille de partout il ma fait changer de numero de telephone.
    jai eu envie de raconter mon histoire car je ne trouve personne de mon entourage a qui en parlait de plus quand il m abandonne quelque fois je me sens terriblement seule car je nai plus que lui dans ma vie
    je pense qu’a par tout sa il ya de lamour entre nous tout n’est pas toujours si noir je ne sais plus maintenant s’il faudrait essayer d’ameliorer la situation ou d’y mettre fin pour de bon
    jattend vos reponse merci

  124. J’ai rencontré un garçon qui en 1 année, c’est énorme : a divorcé, été muté, allait, venait les week-ends, durant des mois. Il était dépressif, déraciné partout. Moral et humeur en dents de scie. Je lui ai trouvé des circonstances atténuantes, patienté, tenté d’avoir un dialogue pour éclaircir, savoir. Il fut pris de panique 1 fois. Puis j’ai retenté à quelques reprises, le silence, la fuite, durant 10 mois.

    Il est arrivé à me dire que : « nous 2 ça allait trop vite, qu’il avait peur, que le sérieux lui faisait peur » De longues phases silence, repli et retour avec appréhensions, réticences. Je suis sûre que c’était vrai, et encore à ce jour, je pense qu’il préfère fuir toute relation et favorise les relations éphémères.

    On se voyait très peu, on vivait des relations très intenses quand il venait les week-ends, très complices. Il me donnait des nouvelles, puis de moins en moins mais toujours très heureux de me voir. Il se sentait bien, lâchait et me dit : » je suis seul, je n’ai personne, et toi ? -personne- « pourquoi ? » -J’aime quelqu’un- « Maintenant, quand je descends, on se verra plus longtemps, et je viendrais chez toi, je t’appelle cette semaine » LE GRAND SILENCE REPLI et LE RECUL –

    Je lui laissais des mots sur msn, des poèmes, il ne répondait pas, mais il me faisait coucou avant d’arriver le week-end, heureux et impatient de me revoir.

    Puis la maison fut vendue (divorce), il me dit que la distance… il faut être réaliste, on ne se verrait plus… Ce qu’il niait, au départ de sa mutation, déraciné, lorsque je le soulevais.

    Il disait que là-bas, il était seul, seul, seul, ne connaissait personne. Alors, comme je l’aimais, je patientais en me disant qu’après tout cela, une fois, qu’il aurait reprit ses nouveaux repères, sa nouvelle vie, on aurait une chance de commencer vraiment.

    Mais là, il nie le partage, les sentiments et dit qu’il ne veut s’attacher à personne. J’ai mal, j’accepte qu’il puisse changer d’avis mais aussi durement, je ne comprends pas.

    Je crois que tout ce qui lui apportait du réconfort, mes poèmes, mes blagues pour lui donner le moral en monologue msn : lui font penser que je suis déphasée (je suppose, et je dois le voir)…. alors que lui prenait (« j’ai tout lu ») se reconstruisait, et ne donnait que peu, ce serait mon soutien qui me porterait préjudice.

    Je ne regrette rien je l’aime, il ne m’aime plus, je crois qu’il fuit. Mais j’accepte qu’il ait changé, ait besoin de vivre des aventures avant de se réengager, voire qu’il ait rencontré quelqu’un, et veuille vivre sa vie à 350 km, c’est un choix qui le rassure et je n’attends rien, il choisit sa vie. Il doit se retrouver d’abord.

    Mais je veux qu’il me le dise verbalement, même si ça ne change rien. Je respecte son libre- arbitre et je l’aime assez fort pour le préférer heureux et épanoui plutôt qu’à maintenir une relation dans laquelle il se sente mal, on ne sait pourquoi tout d’un coup, mais bon !

    Je suis triste, je mentirais de dire le contraire, mais pas démolie ou dépressive.

    S’il a retrouvé sa sérénité, et qu’il pense que mes monologues soient un déséquilibre affectif quel dialogue dois-je tenir pour lui expliquer ? Comment commencer ? Je suis naturelle, simple et spontannée : … Soupçonnée de je ne sais quoi, il ne veut plus se tromper, moi non plus (ce serait sa 3ème union).

    Quel est votre conseil et votre diagnostic ? Merci de votre aide Henri-Joël.

  125. bonsoir,c’est par hasard que je suis tombée sur ce forum ,j’aimerai savoir comment obtenir ce document ui semble trés interessant
    merci de me renseigner,je crois que j’en ai bien besoin
    maya

  126. Je suis Vraiment très heureuse d’être tombée sur votre site!

    Grace a tout vos textes et vidéo je ne me sens plus seule a present, j’ai aussi découvert votre site « en route vers le somment » que j’ai lue d’un trait sans me lasser!!

    Un grand Merci a vous de partager votre expérience avec tant de générosité!!!

    Naïma

  127. Merci Henri-Joel. beaucoup de chose que je connaissais en cheminant et d’autres pas et des bons trucs, ça fait du bien de se le faire redire et confirmer. Je suis contente de savoir qu’où que je sois, je peux m’en sortir. Merci d’avoir fait ce travail d’écriture pour nous.

  128. Bonjour Henri-Joêl et merci pour ces précieux conseils. Voilà plusieurs années que je suis mal dans ma peau, car toujours besoin de reconnaissance autour de moi, en couple, au travail, en famille, entre amis.. Et puis répétitions d’échecs amoureux, en souffrant terriblement des ruptures, et une certaine compulsivité à reprendre une relation que j’ai rendue malsaine par mes exigences d’attention et d’etre aimée. Je viens de casser ma ennième relation de peur d’etre quittée, et depuis longtemps je me dis : « il y a quelque chose que je ne comprends pas mais qui cloche chez moi forcément » j’étouffe mes compagnons qui souvent n’ont rien à m’offrir ou presque. Alors dans ma souffrance, je me suis interrogée mais d’où vient cette souffrance? D’un manque terrifiant, d’un vide énorme à combler, que seul l’etre aimé peut combler. J’ai réalisé ma dépendance, et je l’ai ensuite constatée dans les autres parties de ma vie, voilà d’où vient ce mal-être que je ressens depuis si longtemps de ce manque de confiance en soi, aux autres, en la vie. aujourd’hui j’ai mis des mots sur ma souffrance et c’est un pas précieux pour aller vers la guérison, si toutefois on peut en guérir.. Grace à vous je vais m’y atteler en tout cas je vais essayer. Croyez-vous vraiment en une guérison?

  129. J’étais une très grande dépendante affective. Je le savais mais ne trouvais pas le moyen de m’en sortir. J’ai effectué un profond travail sur moi-même en thérapie psychanalytique et je suis « guérie ».
    Je continue à particulièrement m’intéresser à ce problème car je
    découvre chaque jour les immenses bienfaits que je retire à n’être plus dépendante affective.
    Mon travail a également consisté en la rédaction de tous mes affects que j’ai assemblés pour en faire un roman autobiographique. Je pense que le fait de mettre ses sentiments sur papier, quitte à ce que cela prenne beaucoup de temps est extrêmement salutaire.
    J’ai apprécié le carnet qui relate des difficultés rencontrées lorsque l’on est dépendant affectivement et je pense que les conseils donnés sont judicieux. Je m’y suis absolument retrouvée. Bien merci donc.

  130. merci henri joel pour ton livre il m’a permis de decouvrir des trucs que je

    ne connaissaient pas. Mais j’aimerais savoir comment tu as fait pour

    sortir de ce cercle de dépendance affective. Mwa mon problème j’ai de

    dépendance affective je suis souvent seul mais je crois en l’amour mais

    tombe jamais sur des personnes sérieuses et passe aussi du temps sur

    les sites internets. Comment je peux me faire plaisir a mwa mem et faire de ma solitude un amie.. J’ai ossi un problème de peur de rejet et regard des autres .. tu peux tu me suggérer des livres à voir qui peuvent m’aider parce que j’en ai marre et j’aimerais sortir de ce cercle vicieux.

    merci

  131. Merci-merci-merci beaucoup Henri-Joel, chercher à aider les autres dépendants affectifs après avoir réussi à résoudre ta dépendance, je trouve ça très beau! Le livre est pas mal!

    Et bravo pour ta générosité!

    Amicalement à tous, pour un meme combat.

  132. Je vous remercie beaucoup!!!

    Que ces paroles sont belles et vrais et peuvent-êtres guérisseuses si elles sont misent en applications.

    Les médicaments viennent du médecin et sont essentiels à ses maux, mais celui qui le distille se fait docteur ; c’est dire que ces paroles entendues de vous, ajoutent véritablement de l’effet, vraiment thérapeutique ! votre accent ajoute de l’humanité de la vie, de l’envie, ( c’est de la chaleur efficace au thé ).

    je vais appliquer tous vos conseils et je vous donnerai des nouvelles

    Très bonne continuation à vous et très longue vie !

    Véronique. De la Martinique.

  133. Merci de m’avoir éclairée. J’ai pu mettre un nom à mon mal-etre et une liste d’idées de solutions. J’en appliquais déjà certaines, mais ce n’était pas suffisant, à ce qu’il semblait. Contrairement à d’autres trucs dans le meme genre, je trouve votre livre précis et concis. C’est ce qui me plait. C’est ce qui me parle.

    Un grand merci. Je vais essayer de m’en sortir de manière un peu plus active !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *